fbpx
Campus
Partager sur

Besançon: un étudiant trans agressé pour la troisième fois en un an !

Besançon: un étudiant trans agressé pour la troisième fois en un an !
Partager
Partager sur Facebook

A Besançon, Maël, un étudiant trans a été agressé sur le campus de la ville. Le jeune homme a livré les détails de cette attaque.

Maël, un étudiant trans a été victime d’une agression à Besançon sur le Campus. Il a livré plus en détails les répercussions sur sa vie privée. MCE TV vous explique tout.

C’est sa troisième agression à Besançon sur le Campus ! Le 23 octobre dernier, Maël, un étudiant trans a été attaqué à l’université de Franche-Compté. Le jeune homme a d’ailleurs livré sa version des faits. « Ils sont arrivés à quatre, par derrière », a t-il confié. Et de poursuivre : « Deux m’ont pris par les bras, pendant que le troisième me frappait ». Les agresseurs de Maël ont également tenus de terribles propos. « Il me disait que j’étais une erreur de la nature, un malade mental », explique t-il.

Ce n’est pas la première fois que Maël est victime d’une attaque dans la ville. L’année passée, sur le même parking, il avait subi deux agressions similaires. Le jeune étudiant avait eu deux côtés déplacées ainsi que le visage tumifié. Sous le choc, Maël n’a pas voulu revenir en cours. « Je ne suis pas allé à la fac pendant une semaine », explique t-il. Sa plainte a d’ailleurs été classée sans suite… Faute d’indices sur l’identité de ses agresseurs.

Maël livre des détails de son agression à Besançon !

Le coming-out « forcé » de Maël par un de ses professeurs dans un amphithéâtre aurait alors tout déclenché. « C’est le genre de prof qui interpelle au hasard un élève et va forcément l’appeler monsieur ou mademoiselle », a t-il expliqué. Et de préciser : « Et là, il n’arrêtait pas d’interpeller une « mademoiselle », qui ne lui répondait pas. Concentré sur son pc, Maël ne réalise pas encore ce qu’il se passe. « Je lève la tête et je vois que c’est à moi qu’il parle ».

Mäel tente alors de le corriger mais le mal est fait. C’est alors que les humiliations commencent. Si les faits se sont produits sur le campus de Besançon, le jeune étudiant n’en tient pas rigueur à l’administration. « Ils m’ont soutenu et ont essayé de trouver des solutions pour me protéger », a t-il ajouté. L’étudiant a alors arrêté d’aller en cours. Il a d’ailleurs redoublé son année. Maël va d’ores et déjà porter plainte pour sa dernière agression. Avec l’espoir que les attaques à l’égard des personnes LGBT ne restent plus jamais impunies.