Campus
Partager sur

Baccalauréat: il devient bachelier quatre mois après tout le monde

Baccalauréat: il devient bachelier quatre mois après tout le monde
Partage
Partager sur Facebook

Un jeune lycéen de Bretagne s'est retrouvé bachelier quatre moins après ses camarades à cause d'une erreur du rectorat.

Le jeune homme n’en a pas cru ses oreilles. Alors qu’il rentrait chez lui après une dur journée au lycée, Thomas a appris une nouvelle a laquelle il ne s’attendait pas. « Thomas, ce soir, on fait péter le champagne. J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer », a déclaré sa mère. Si le jeune homme de 19 ans ne comprend pas réellement ce qui se passe. C’est alors que sa mère apprend qu’il vient en fait d’avoir le bac qu’il croyait avoir loupé l’été dernier. Celle-ci a en effet reçu un appel du rectorat de Rennes qui lui annonçait quatre mois après, que son fils était bachelier. Redoublant son année, le jeune homme doit probablement croire à la superstition du vendredi 13 novembre.

Le rectorat confond la note et le numéro du sujet

Après avoir loupé les épreuves écrites, le jeune homme passe le rattrapage à l’oral « Il y avait dix sujets au choix, j’ai choisi le sujet n°7 », explique le jeune homme à Europe 1. Satisfait, il sort de la salle avec le sourire, la mère du jeune garçon explique au Figaro étudiant qu’ « il est sorti de l’oral en me disant: ‘je me suis senti bien, j’ai bien géré ». Mais quand la note tombe le soir même, il redescend de son nuage. Affichant un 7, le jeune homme ne sera pas bachelier: « Je n’ai pas contesté la décision. Mon fils n’avait pas son bac, et c’était tout! ». Mais au final, le 7 n’était pas la note, mais le sujet que le jeune homme avait tiré au sort.

Le nouveau bachelier déplore une année de perdue

Malgré la joie d’avoir apris qu’il était finalement bachelier, Thomas regrette d’avoir perdu une année. L’année scolaire étant engagée, il lui est impossible de suivre un autre cursus que celui du lycée dans lequel il est inscrit. « C’est une année de perdue. Peu importe ce qu’il intègre , il a déjà un semestre de retard et ce sera trop compliqué à rattraper », explique la mère de l’enfant qui aimerait que son fils passe le concours de la gendarmerie. Mais il faut « du bagage pour réussir ce concours difficile. Il ne veut pas se précipiter et faire tout de même des études supérieures, un BTS par exemple », explique la mère du nouveau bachelier au Figaro étudiant.