Campus
Partager sur

Baccalauréat 2018: La marque Bagelstein invente des « bouteilles antisèches » !

Partage
Partager sur Facebook

Alors que le Baccalauréat approche à grands pas, une marque propose de tricher. En effet, elle invente des bouteilles "antisèche"!

Alors que le Baccalauréat approche à grands pas, une marque propose de tricher. En effet, elle invente des bouteilles « antisèches »!

Si tricher lors d’un examen est fortement interdit par la loi, la marque Bagelstein ne s’en soucie pas. En effet, celle-ci invente des bouteilles « antisèches » pour aider les élèves au Baccalauréat… MCE vous dit tout.

Des bouteilles « antisèches » au Baccalauréat

Connaissiez-vous cette marque: Bagelstein ? Si ce n’était pas le cas, vous allez maintenant bien la connaître. En effet, cette marque de bagels vient de lancer des bouteilles d’eau pour tricher au Baccalauréat. Pardon? Oui, vous avez bien lu. Sur les étiquettes des bouteilles se trouvent des notes, plus précisément des antisèches pour quatre matières différentes. Même si la marque précise qu’elles ne doivent pas être utilisées le jour de l’examen, on n’en doute fort !

Si on pensait avoir tout vu en terme de triche, et bien non, des marques innovent ! Les annotations sont destinées aux élèves révisant le bac 2018 et elles concernent quatre matières. Lesquelles ? On retrouve des antisèches de philosophie, histoire-géographie, anglais et économie. En effet, on retrouve des informations comme des : « citations, dates clés, verbes irréguliers, intros de dissertations… » déclare l’entreprise.

Tricher reste interdit!

Le bac débute ce lundi 18 juin, voilà de quoi stresser les terminales en pleines révisions ! Alors, si certains se sentent trop angoissés et aimeraient tricher, il ne vaut mieux pas tenter ! En ce qui concerne la marque de bagels, elle justifie son choix de marketing par cette phrase: « L’avantage, c’est que personne ne se méfie d’une bouteille d’eau ! ». On ne les félicite pas.

La marque incite-t-elle à la triche ? Cela y ressemble. Pourtant, « utiliser du papier ou des documents autres que ceux fournis par l’administration » est considéré comme une « fraude » lors de l’examen du bac, selon service-public.fr. Ensuite, il faut savoir que « la fraude au bac constitue un délit et peut entraîner des sanctions pénales ». Enfin, l’auteur de triche encourt une peine « de 9 000 € d’amende » et/ou « de 3 ans d’emprisonnement ».