fbpx
Campus
Partager sur

Bac 2018: Pour les lycéens c’est le passeport de la liberté!

Bac 2018: Pour le lycéens c’est le passeport de la liberté!
Partager sur Facebook

Le bac, c'est comme un "rite de passage". Une fois en poche, il te permet d'entrer dans le milieu professionnel ou dans l'enseignement supérieur. Mais que pensent les lycéens à propos du bac, aujourd'hui ?

Le coup d’envoi du bac 2018 va être donné mi-juin prochain pour toutes les séries générales, technologiques et professionnelles. Et pour les lycéens toulousain interrogés par la dépêche, ils le confirment: le bac c’est ce qui a de plus important dans leurs vies. En effet, ils verraient cela comme l’entrée ultime de leurs vies d’adulte.

Des élèves motivés comme jamais

Toujours interrogés par ledepeche.fr, des lycéens se confient. En effet il sont tous nourris par l’envie de réussir. Camille, élève en Première ST2S vient de sortir de son bac blanc, elle s’exclame: “Le bac c’est tout (…), après le bac, la vie commence ! ”.

Pour Pablo, élève redoublant en Terminale ES, il faut être un peu plus réaliste ! Selon lui, c’est “une norme dans la société qu’il faut avoir”. Quand on pose la question à Pablo, de ce qu’il pense des prochaines réformes, il répond: “Je trouve cela bien qu’on puisse plus choisir les matières qui nous intéressent et que l’examen soit moins lourd”.

D’autres lycéens sont totalement ravis par les futurs réformes du bac comme au lycée privée Emilie Rodat, toujours à Toulouse. Les élèves sont pour la suppression de l’épreuve de rattrapages.

Facile d’être d’accord, cela ne les concerne pas directement puisque la réforme entrera en vigueur d’ici 2021. Enzo prend donc la parole: «L’examen du dossier est plus représentatif du parcours de l’élève. Les appréciations comptent aussi.».

Mais quand on parle du “grand oral” de 30 min, il est plus septique: «L’examen du dossier est plus représentatif du parcours de l’élève. Les appréciations comptent aussi.»

Qu’en pensent les professeurs ?

D’autre part, les professeurs de lycée, sont toujours aussi enthousiastes que de préparer l’examen finale. Mais quand on évoque les futures réformes, beaucoup sont mécontents. Si tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut réformer le bac, certaines proposition de réformes n’ont pas pu plaire à tous.

Le professeur de philosophie au lycée Rive Gauche, Christophe Manibal, cri au scandale: «Si la réforme passe telle quelle, cela signe la mort d’un repère important pour les élèves et les enseignants» se désole-t-il.

Monsieur Manibal est d’ailleurs le secrétaire départemental du syndicat national des enseignants du secondaire (SNES). Il poursuit donc ses inquiétudes: «Aujourd’hui, nous avons un objectif en tant de professeur : que nos élèves aient le niveau pour réussir le bac. Et on pouvait avoir des surprises. Un élève un peu à la traîne toute l’année pouvait se surpasser le jour du bac.».

Il craint que le système de note par les professeur encouragerait une relation assez bizarre entre le professeur et l’élève. Normalement, le professeur doit te préparer au bac, pas te l’attribuer selon ses envies.