fbpx
Campus
Partager sur

Bac 2018: Blanquer envoie une équipe d’intervention dans un lycée suite à des violences !

Partager
Partager sur Facebook

Le ministre de l’éducation nationale, M. Blanquer a réagi face aux violences menées dans le Lycée Gallieni. Nous revenons sur sa déclaration.

Pour beaucoup d’établissements scolaire, les violences rendent la vie dure aux enseignants mais aussi à toute l’équipe pédagogique. C’est le cas de ce lycée à Toulouse où la violence devient quotidienne. Et oui, apparemment ce lycée se transforme en une zone de non-droit ! Se sentant abandonnés, l’équipe pédagogique du lycée lance un appel à l’aide.

Suite à l’appel de détresse du lycée à Gallieni, le ministre de l’éducation, M. Blanquer réagit.

Mais que se passe-t-il au sein du lycée Gallieni à Toulouse ?

Les violences au sein du Lycée Gallieni se banalisent de plus en plus ! En effet, des agressions de professeurs, menaces de mort, armes en libre circulation, voilà le quotidien au Lycée toulousain.

De plus, un rapport interne fait froid dans le dos ! Plus de 95% des personnes interrogés déclarent avoir subi des violences. On relève donc de 60 à 80 élèves suivis par la justice.

Lorsque le journal L’Express interroge les professeurs, ces derniers se sentaient totalement abandonnés par le gouvernement. Jean-Michel Blanquer a donc dénoncé “le laxisme” dans la hiérarchie au sein du lycée.

Qu’est-ce que le ministre de l’éducation nationale compte faire ?

Tout d’abord, face à ces violences, Jean-Michel Blanquer promet de “remettre la force du côté du droit”. D’autre part, il annonce l’envoie de son équipe d’inspecteurs généraux pour “voir ce qu’il en est”, déclare-t-il. Et il l’assure, son équipe serait “parfaitement expérimentée”.

D’un autre côté, nous avons toujours les professeurs mécontents. L’un d’entre eux prend la parole: « Pour l’instant, les seules annonces qu’on a, c’est le changement de direction, ce n’est pas ce qu’on demandait », contrait un des professeurs de l’établissement au micro de RTL mercredi 31 janvier. Nous, on demande des moyens supplémentaires. On est catastrophés. » se lamente-t-il.

Reste à savoir ce que le gouvernement va réellement faire et combien de temps les professeurs vont-ils tenir …