fbpx
Campus
Partager sur

Bac 2018: 36 caméras de surveillance seront installées dans un lycée

Bac 2018: 36 caméras de surveillance seront installées dans un lycée contre le manque de discipline

L'installation de ces 36 caméras de surveillances seront mises en place face aux problèmes disciplinaires que rencontre le lycée Joseph Gallieni à Toulouse.

Face aux violences quotidiennes, le lycée toulousain Joseph Galliéni a subi de fortes grève depuis une semaine. Plus de 140 enseignants dénoncent le manque de respect pour le réglement intérieur. Bagarres permanentes, élèves dissipés, rien que ça ? Comme solution (répressive, certes), le conseil régional annonce la nouvelle : 36 caméras vont être installées au sein de l’établissement.

Des enseignants au lycée Joseph Gallièni à bout de nerf

En effet, la discipline n’est pas au rendez-vous au lycée Joseph Galliéni.
Les retards sont devenus quasiment banalisés, de plus, de nombreuses bagarres éclatent ! Les smartphones (normalement interdits) remplacent les cahiers de cours.
Une pétition a été lancée dimanche dernier afin de faire entendre la voix des professeurs. Cette pétition recueille désormais plus de 5 000 signatures en quelques jours seulement ! Sur le site internet de la pétition, on y trouve un texte qui rappelle que :
« Le lycée Gallieni s’inscrit dans un historique de violence et de souffrance de longue date et maintes fois souligné, dénoncé et rapporté à l’institution. Cette année, le pic de colère et de désespoir de TOUS les personnels a été franchi : bagarres violentes, menaces et intimidations de la part d’élèves, dégradations fréquentes. »
Sur plus de 900 élèves, on note 150 élèves perturbateurs. Parmis eux, certains élèves sortent de prison et d’autres viennent à leurs cours avec un bracelet électronique.

Une sécurisation presque totale du Lycée

C’est tout d’abord les cinq représentants du lycée Galliéni qui ont été reçus, hier soir, par le directeur académique des services de l’Education nationale, Jacques Caillaut, pour trouver une solution.
Durant cette réunion qui a durée plus de 4h30, les enseignants réclament plus de 8 assistants d’éducation.
Les 36 caméras de surveillances, seront quant à elles, mises en place à partir d’aujourd’hui jusqu’à fin février prochain.
Loin de satisfaire tout le monde, le rectorat affirme vouloir tout de même trouver une autre solution pour améliorer le lycée à long et moyen terme. Affaire à suivre, donc…