fbpx
Campus
Partager sur

Bac 2017: 1 étudiant sur 2 choisira sa future formation en fonction de son coût

Partager
Partager sur Facebook

Alors que près de 700 000 élèves ont passé le Bac 2017, les problématiques liées au coût de la vie étudiante sont plus que jamais d’actualité

C’est dans ce contexte que Wizbii, 1ère plateforme professionnelle pour l’emploi et l’entrepreneuriat des jeunes, a réalisé une étude exclusive1 en partenariat avec deux acteurs du milieu étudiant, Digischool et Filengo. S’appuyant sur un panel de plus de 1300 étudiants de l’enseignement supérieur, l’enquête révèle plusieurs observations : en raison de problématiques de financement, les jeunes ne peuvent pas tous mener les études qu’ils souhaitent après le Bac 2017. Et la plupart d’entre eux sont contraints d’effectuer un job étudiant, qui représente un risque pour leur réussite.

Le prix de la formation : un critère déterminant dans le choix des études

66% des étudiants quittent le domicile familial pour faire leurs études. Pour cet événement de vie important, 2/3 des jeunes possèdent un budget inférieur à 600 euros par mois principalement apporté par les parents et la famille qui restent la première source de financement de leurs études.

Dans ce contexte, 48% des jeunes indiquent que le prix de la formation est un facteur majeur dans le choix de leur orientation post-bac. Parmi eux, 22% reconnaissent ne pas avoir pu aller dans l’établissement de leur choix. Ou avoir abandonné leurs études en cours d’année.

Bac 2017 7 étudiants sur 10 travaillent pour payer leur formation

Le job étudiant est le 3ème moyen de financement plébiscité par les jeunes pour financer leurs années. 71% des jeunes interrogés ont d’ailleurs déclaré travailler ou avoir travaillé en parallèle de leurs études. 73% de ceux qui ont effectué un job étudiant toute l’année estiment que cette situation a nui à la réussite de leurs études. 57% auraient pu avoir de meilleurs résultats, 10% ont redoublé, 6% ont dû abandonner leurs études.

1/3 des étudiants ne perçoit pas les aides de l’Etat

66% des étudiants interrogés déclarent avoir reçu des aides de l’Etat (APL et bourses sur critères sociaux notamment). L’étude révèle que 31% des répondants n’ont pas fait de demande par complexité administrative. Ou par manque d’informations. Les préjugés persistent. Les jeunes sont nombreux à ne pas connaître toutes les aides à leur disposition. Et aussi à penser qu’ils n’ont pas le droit de les toucher.

Ils considèrent également que les démarches sont trop chronophages. Pourtant, s’ils étaient mieux aiguillés, ils pourraient prétendre en moyenne à une aide allant de 100 à 300 euros par mois.

Plus le montant de la formation est élevé, plus les jeunes empruntent

Le prix de la formation est un des facteurs déterminant la demande de prêt. 11,3% des étudiants font un emprunt bancaire lorsque la formation coûte moins de 2500 euros par an. Quand plus de 43% des interrogés empruntent pour financer une formation supérieure coûtant plus de 7500 euros annuels.

L’étude relève pourtant un point sensible. Les jeunes ont encore du mal à sauter le pas du crédit bancaire pour financer leurs études. En effet, 4 étudiants sur 5 n’ont pas fait les démarches de prêt (78%). Le principal frein ? La peur de l’endettement pour presque 40% des jeunes interrogés.

[1] Méthodologie : cette étude a été réalisée du 7 au 18 avril 2017 auprès d’un échantillon de 1337 répondants âgés de 18 à 30 ans. 28,6% des répondants ont entre 18 et 20 ans, 41% de 21 à 23 ans et 30,4% entre 24 et 30 ans. Le panel est composé de 68% de femmes et 32% d’hommes. 80,2% des répondants sont encore étudiants.