fbpx
Bac 2016
Partager sur

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» et «Les grandes crises politiques en France» (vidéo)

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» et «Les grandes crises politiques en France» (vidéo)

MCE vous propose les corrections des sujets Histoire Géographie Bac 2016 pour la Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» et «Les grandes crises politiques en France» (vidéo)

Les lycéens qui passent le Bac 2016 ont planché toute la matinée sur le sujet de Histoire Géographie et MCE a décidé de vous dévoiler les corrections des sujets Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» et «Les grandes crises politiques en France» (vidéo)

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» et «Les grandes crises politiques en France» (vidéo)

Sujet 1 – Les mémoires : lecture historique En vous appuyant sur l’étude menée au cours de l’année, vous traiterez le sujet 1a ou le sujet 1b :
Sujet 1a : l’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France
Sujet 1b : l’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie


Bac 2016 : Les corrigés d'Histoire Bac L-ES "l… par MCETV


Bac 2016 : Les corrigés d'Histoire Bac L-ES "l… par MCETV

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» 1

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» 2

Bac 2016: corrections sujet Histoire Géographie Bac L et Bac ES «Les mémoires : lecture historique» 3

Sujet 2 – En vous appuyant sur les exemples étudiés au cours de l’année, vous traiterez le sujet suivant : médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus

Grâce à l’alphabétisation dans un premier temps, les médias accompagnent la formation de l’opinion publique en France depuis la fin du XIXème siècle. Leurs développements vont leur permettre de jouer un rôle majeur dans la vie démocratique en particulier lors des grandes crises politiques que connaîtra notre pays au cours du XXème siècle.


Bac 2016 : Les corrigés d'Histoire Bac L-ES… par MCETV

Quels rôles les médias et l’opinion publique ont-ils joué dans les grandes crises politiques françaises depuis la fin du XIXème siècle ?
I. L’ÂGE D’OR DE LA PRESSE ÉCRITE (1880-1945)

A. LES MEDIAS ET L’ENRACINEMENT DE L’OPINION PUBLIQUE EN FRANCE AVANT 1918

– 1882-1884, les lois scolaires : l’école publique, rendue gratuite et obligatoire par Jules Ferry dans les années 1880, permet l’alphabétisation et par conséquent le développement de la presse écrite.
En 1881, une loi autorise la liberté de la presse et met fin à son contrôle par les autorités politiques. Les journaux d’opinion se multiplient et jouent dés lors un rôle croissant dans la vie politique française. Ainsi, sous la IIIème République, la presse est régulièrement à l’origine des graves crises que traverse le régime.

– Ici bien sûr, insister sur le cas de L’affaire Dreyfus (1894-1906)

Officier de l’armée française, de confession juive, il est accusé du fait d’avoir transmis à l’ennemi allemand des documents secrets. Il est par la suite condamné, à tort, pour haute trahison par un tribunal militaire. La France va alors se déchirer à travers une longue crise politique entre dreyfusards et antidreyfusards

Les défenseurs de Dreyfus, convaincus de son innocence, lancent alors une vaste campagne en faveur de sa réhabilitation. De leur coté, les antidreyfusards les accusent de bafouer l’honneur de l’armée et leur nationalisme prend, dans une partie de la presse, une tonalité violemment antisémite.

Le célèbre article d’Emile Zola « J’accuse…! », paru dans l’Aurore en 1898 pour prendre la défense de l’officier, symbolise parfaitement la très forte influence qu’à désormais la presse dans la vie politique française. Il participera fortement à la réhabilitation de Dreyfus en 1906 finalement jugé innocent.

1GM : « l’état de siège » interdit la diffusion d’informations favorables à l’ennemi ou qui peuvent porter atteinte au moral des populations. La presse se contente alors d’être le porte parole de l’Etat et relai les informations officielles transmises par l’Etat-major des armées afin de protéger « l’Union sacrée ».

B. 1918-1944 ENTRE LIBERTÉ DE TON ET CONTRÔLE POLITIQUE

Pendant l’Entre-deux-guerres, les journaux jouent un rôle essentiel dans la crise que traverse le pays. Ils alimentent en grande partie l’antiparlementarisme ambiant et révèlent de nombreux scandales de corruption dans le monde politique. La presse est alors très partisane, brutale comme l’est son époque et les affrontements idéologiques y sont exacerbés.

La crise du 6 février 1934 est significative de la période et doit être développé sur le sujet.

A noter que pendant l’Entre-deux-guerres, le paysage médiatique se diversifie. A partir de 1921, la radio se développe sous le contrôle très méfiant de l’Etat qui en a le monopole. L’essor de la radio est assez rapide et ce nouveau média accompagne à partir des années 1930 la vie de beaucoup de Français.

Lors de la défaite de 1940, on assiste d’ailleurs à « la guerre des ondes », que vont se livrer Pétain et De Gaulle. C’est par la radio que le Maréchal annonce le 17 juin 1940 sa demande d’armistice à l’Allemagne, c’est par la radio que le Général lancera son fameux appel du 18 juin.

Pendant la 2GM, la propagande est omni présente à la radio (BBC contre Radio Paris), comme dans la presse. En effet, de nombreux journaux clandestins sont imprimés et diffusés sous le manteau par la Résistance, tels Combat, Libération, Le Franc-tireur.

II. L’ESSOR DES MÉDIAS 1945 À 1981

A. LE POIDS CROISSANT DES MÉDIAS DANS LA DÉMOCRATIE FRANÇAISE

A la Libération, les journaux ayant paru sous l’Occupation sont interdits et la naissance de l’Agence France-Presse (AFP) démontre la volonté de restructurer ce média.
De nombreux journaux sont alors fondés par des résistants, comme Le Monde (Hubert Beuve-Méry).

Pendant les Trente Glorieuses, de nombreux magasines d’information sont crées (L’express, Le nouvel Observateur) et ont une liberté de ton nouvelle vis à vis de l’Etat. Par ailleurs, on assiste au développement de la presse régionale.

Après la guerre, c’est aussi l’âge d’or de la radio qui devient le premier outil d’information et de divertissement des Français. L’apparition du transistor (petit poste radio) permet par ailleurs le développement des radios périphériques qui émettent de l’étranger proche ce qui leur permet d’être indépendantes vis à vis de l’Etat, à l’inverse des radios nationales : il s’agît de RTL, Europe 1 (Allemagne), RMC.

L’émergence de la télévision se produit pendant les années 1960. En 1954, on ne compte que 100 000 postes de tv en France, alors qu’en 1970 on en compte près de 10 millions et qu’en 1973, 90 % des foyers français en sont équipés. Très vite le pouvoir prend conscience du potentiel formidable de ce nouveau média qui contribue à la formation de l’opinion publique.

La crise de 1958 qui permet le retour de De Gaulle au pouvoir démontre alors la soumission des médias officiels vis à vis du pouvoir.

B. DES MÉDIAS SOUS L’EMPRISE DU POUVOIR

Nationalisée en 1945, la radio est placée sous la tutelle de l’Etat. A partir de 1964, elle est gérée par l’ORTF (Organisation de radiodiffusion – télévision française) et ne laisse que peu de place à l’opposition politique. Seules les radios périphériques ont une liberté de ton et laissent entendre des opinions différentes de celles du gouvernement, contrairement aux radios d’Etat.

Pendant les années 1960-1970, la télévision est totalement soumise au pouvoir en place. Elle est directement contrôlée par le Ministère de l’information. Il y a peu de place pour l’opposition politique et la censure même frappe les informations notamment lors de la guerre d’Algérie.

Il existe par contre une presse d’opinion dont la ligne éditoriale s’apparente aux grands courants de la vie politique française : Le Figaro (droite), Libération (socialiste), L’Humanité (communiste), Minute (nationaliste).

C. MEDIAS ET CRISES POLITIQUES

La presse est souvent surnommée le « 4ème pouvoir » car elle est régulièrement à l’origine de révélations d’affaires de corruption. Pour exemple :

 A la fin des années 1970, éclate l’affaire des diamants. Le président Valéry Giscard d’Estaing est accusé d’avoir reçu en cadeaux des diamants de la part de l’ex dictateur de Centrafrique, Jean-Bedel Bokassa. Sans qu’elle n’ait jamais été prouvée, cette affaire ternira définitivement l’image du président en exercice et lui fera perdre de peu l’élection présidentielle de 1981 face à François Mitterrand.

La radio exerce une influence distincte sur la vie politique française puisqu’elle est surtout présente lors des crises politiques. Par exemple, lors de la crise de mai 1968, la presse et la télévision sont paralysées par les mouvements de grève et l’instabilité du moment. La radio devient donc le seul moyen d’information des Français lors de cette crise. D’ailleurs cette crise se terminera par un discours radiophonique, celui du général de Gaulle le 30 du mois où il rassure son peuple et promet de remettre en ordre le pays devant la « chienlit ».

Quant à la télévision, elle est muselée par l’Etat lors des crises comme le démontre son comportement lors de la tentative de putsch des généraux en avril 1961. Elle fait alors l’objet d’une censure récurrente par le pouvoir en place, ce qui va la pousser à se révolter lors de la crise politique de 1968 en se mettant en grève, subissant par la suite en représailles une véritable purge de son personnel. A partir de 1974, elle commence à s’émanciper du pouvoir politique. En effet, cette même très belle année, le Ministère de l’Information est supprimé, ainsi que l’ORTF, remplacée par trois chaines distinctes de télévision : TF1, Antenne 2 et FR3 (la chaine régionale).

III. DIVERSIFICATION ET LIBÉRALISATION DES MÉDIAS DEPUIS 1981

A. LA LIBERALISATION DE L’AUDIOVISUEL

Mai 1981, c’est l’alternance politique. François Mitterrand, socialiste, arrive à la Présidence. L’année suivante, c’est une véritable révolution radiophonique qui se produit lorsque les « radios libres », hors du contrôle de l’Etat, sont autorisées sur la bande FM (Fréquence modérée). Dans un premier temps elles sont très nombreuses, au point que l’on compte à la fin des années 1980 près de 1500 stations.

Quelques années plus tard, la télévision connaît à son tour la libéralisation :
-1984 : une première chaine de télé à la fois privée et payante est créée : Canal plus.
-1986 : deux nouvelles chaines privées apparaissent : La 5, qui appartient à un riche homme d’affaire italien Silvio Berlusconi, et TV6 une chaine musicale ancêtre de M6. Cette même année TF1, première chaine d’Europe, est privatisée au profit de Bouygues le numéro 1 du BTP.

-2005 : la diversification télévisuelle s’accentue avec l’arrivée de la TNT (télévision numérique terrestre). C’est désormais plusieurs dizaines de chaines que la population française peut regarder gratuitement, avec des chaines d’informations continues (BFM TV, I télé).

De son coté, la presse écrite est en crise à partir des années 1980 car elle doit faire face a la concurrence de la tv qui se développe de plus en plus, ainsi que de l’internet qui se diffuse au début des années 2000, et les journaux gratuits qui fonctionnent grâce à la publicité. (Métro, 20 minutes), ainsi que celle des Smartphones gratuitement.

B. MEDIAS, SONDAGE ET CRISE POLITIQUE

– Depuis les années 1980, les médias jouent un rôle décisif lors des grandes crises politiques, à travers ce que l’on appelle le journalisme d’investigation. Pêle-mêle, l’affaire du Rainbow Warrior, les nombreux scandales sous le deuxième septennat de FM, l’affaire des HLM de Paris, l’affaire Betancourt, etc.

– Le premier sondage politique a été réalisé en 1928 mais c’est surtout a la fin du XXI° siècle que les sondages d’opinion vont se multiplier au point que la politique française tend de plus en plus à se faire en fonction des sondages. A évoquer l’exemple du 21 avril 2002 où la présence de JMLP au second tour de la présidentielle n’avait pas été prévue.

C. Médias et opinion publique à l’heure du numérique :

– Fin 1990, se développe un nouveau média, l’internet véritable révolution médiatique, ascension très rapide : en l’An 2000, 8millions d’utilisateurs, aujourd’hui 50 millions, à peu près 80% de notre population. S’y développent de nombreux sites très indépendants. Affaire Cahuzac Mediapart

Evoquer peut-être en conclusion l’arrivée des réseaux sociaux sur la scène médiatique Facebook, Twitter, désormais au cœur de la vie politique du pays. Dans cette société désormais de l’image, les mondes politique et médiatique semblent de plus en plus confondus.

Ces corrections du Bac 2016 vous sont proposées par Ipécom et Cours Déclic ! Retrouvez dès le 5 juillet au matin tous les résultats du Bac 2016 sur MCETV.FR !