fbpx
Campus
Partager sur

Attentats de Paris: Les mesures prises dans les universités

Attentats de Paris:  Les mesures prises dans les universités

Vendredi 13 novembre 2015 , Paris a été au coeur des attentats. 129 personnes sont mortes et plus de 300 blessés. La jeunesse a été touchées par les attentats. Aujourd'hui les universités prennent de nombreuses mesures.

Vendredi 13 novembre 2015, 132 personnes sont mortes lors des attentats de Paris. 300 personnes toujours blessés. Beaucoup d’étudiants ont été touchés par ce drame. L’UNEF, syndicat étudiant a réagit sur les attentats pour MCE.

Attentats de Paris: Les universités contrôlées

Les étudiants de France se sont rassemblés hier lundi 16 novembre 2015 pour observer une minute de silence à midi pour toutes les victimes des attentats.. Les universités devront être plus contrôlées,comme ce fut le cas lors des attaques de Charlie hebdo » « les étudiants devront présenter les cartes étudiantes. »
L’UNEF souhaite intervenir et explique aux étudiants « qu’il faut continuer à vivre, sortir, défendre nos valeurs » « il ne doit pas y avoir aussi d’amalgame » à déclaré le syndicat étudiant à MCE.
Aujourd’hui alors que de nombreux étudiants sont choqués.« Plusieurs actions ont été instaurées, des murs d’expressions ont été mis en place » a indiqué l‘UNEF à MCE.
Les Universités souhaitent laisser les étudiants s’exprimer, ainsi le local de l’Unef a été ouvert pour discuter entre les étudiants des attentats.
La mairie du XIème arrondissement a elle installé une cellule de crise, comme l’avait indiqué la maire de Paris Anne Hidalgo.
Mais l’UNEF affirme qu’il faut continuer à vivre car un « climat de sécurité extrême pourrait entrainer des scènes de panique » à MCE.

Des pertes dans le milieu étudiant

L’IUT de Marne-la–Vallé a perdu son directeur, Nicolas Classau est mort lors des attentats, sa femme est-elle toujours hospitalisée. Un autre professeur de géographie Mathieu Giroud qui enseignait à l’IUT de Marne-la-vallé est lui aussi mort sous les balles vendredi soir, le 13 novembre 2015 au Bataclan.
Les universités de Paris I et II elles aussi ont perdu des étudiants, mais il n’y a pas pour l‘heure « de décompte exacte » a précisé l’Unef à MCE.