fbpx
Campus
Partager sur

APB: l’UNL demande une nouvelle formule de la plateforme plus informative

APB: l’UNL demande une nouvelle formule de la plateforme plus informative

Alors que la bac se termine et que les lycéens doivent se concentrer sur leur futur, l'UNL appelle les responsables politiques à modifier l'APB jugé trop peu informatif.

Cette année, 761 659 lycéens ont entré leur voeux pour leur avenir professionnel et étudiants sur la plateforme APB… Pour 80,6% d’entre eux, ce fut une réussite et une affectation dans le supérieur a été accepté. Malgré tout près de 150 000 personnes sont encore dans l’attente d’une réponse. Une situation qui ne convient pas à l’UNL, le premier syndicat lycéen qui réclame « un vrai droit à l’orientation, qui ne doit laisser aucun lycéen-ne sur le carreau » dans un communiqué de presse. Selon le syndicat, « Admission Post Bac représente une galère pour la majorité des lycéen-ne-s. Le site du ministère de l’Éducation Nationale est en effet complexe et ne permet pas de seconde chance. Les candidat-e-s ont 4 mois pour choisir et ordonner leurs voeux, l’accompagnement des élèves et les explications concernant cette plateforme de pré-inscription sont minimes ».

Les filières technologiques sont désavantagées par l’APB

Selon le communiqué, « chaque lycéen-ne doit alors comprendre le fonctionnement de cette plateforme qui décidera de son avenir. Alors pas le droit à l’erreur ! », ce qui devient une galère pour les lycéens qui ne sont pas à l’aise avec la plateforme APB ou qui ne sont pas encadrés sur son mode de fonctionnement. Du coup, les informations nécessaires sur les filières dites sous tension sont manquantes selon l’UNL: « les informations disponibles sur APB sont essentielles mais malheureusement elles sont accompagnées d’informations dissuasives, taux de réussite par baccalauréat et orientation active. Cette politique de dissuasion touche tout particulièrement les élèves issues des baccalauréats technologiques et professionnels, ceux-ci ne sont pas favorisés, seulement 48% d’entre eux décide de faire des vœux sur APB contre 93,3% d’élèves issue d’un bac général ».

L’UNL demande plus d’égalité et d’information sur APB

Pour tenter de régler le problème, l’UNL propose plusieurs solutions autour de l’APB et notamment le droit à une seconde chance face à l’erreur des voeux, ainsi qu’un accès « à une information non dissuasive pour que chacun-e puisse choisir son orientation et non la subir ». Mais ce n’est tout, l’UNL souhaite aussi que l’APB permette un accès à l’ensemble des filières afin que chaque lycéen puisse faire un choix réfléchi. Bien évidemment des pratiques comme le tirage au sort sont totalement inacceptables pour l’UNL qui demande aussi que le travail des conseillers d’orientations des établissements soit pris en compte dans le système de recherche APB.