MCE est disponible sur
  • Orange 217
  • SFR 177
  • BBox 156
  • Free 237
  • Numericable 78
  • Darty Box 117
Campus
Partager sur

APB: recalés de la plateforme, l’université de Montréal vous fait du pied

APB: recalés de la plateforme, l'université de Montréal vous fait du pied
Partage
Partager sur Facebook

L'université de Montréal fait du pied aux étudiants recalés d'APB. Une opération qui des chances de séduire certains étudiants.

Ils sont encore quelques milliers d’étudiants à ne pas avoir trouvé de cursus pour la Rentrée 2017 via la plateforme APB. Si certains ont eu une place, il n’est pas dit que celle-ci les satisfasse grandement. Si bien qu’une université étrangère tente de sortir de cette torpeur en tirant son épingle du jeu. En effet, l’université de Montréal au Canada essaie de profiter de la défaillance d’APB pour attirer les étudiants français.

L’université propose aux étudiants abandonnés par APB de s’inscrire en première année de baccalauréat. Pas de panique, chez nos cousins francophone, le bac est l’équivalent de la licence. En profitant de ce fait pour glisser un tacle à APB et son système d’orientation. « APB peine à simplifier les démarches de pré-inscription dans l’enseignement supérieur français et met la vie de milliers d’étudiants en suspens », explique l’université.

Une opération séduction des déçus d’APB

Et il faut dire que l’université de Montréal a de quoi séduire. Proposant des cursus en communication, littérature, droit et même en économie, tous les recalés d’APB peuvent y trouver leur compte. Pour les intéressés, il faut cependant se dépêcher. En effet, ils n’ont que jusqu’au 8 octobre pour finaliser leurs dossiers d’inscription sur le site de l’université. Ceux qui seront admis pourront intégrer l’établissement le 8 janvier prochain.

Et afin de permettre un entretien individualisé, une équipe sera détachée sur Paris les 3 et 4 octobre prochain dans le but de rencontrer les postulants. Il est même possible de contacter l’établissement par mail au « APB@umontreal.ca ». D’autant que grâce à un accord entre les deux pays, les étudiants français ne paient pas de droits de scolarité en plus. Une chose que l’université de Montréal souligne bien dans sa tentative de séduction des déçus d’APB. « Les droits de scolarité des Français au 1er cycle sont équivalents aux droits des Canadiens non-résidents du Québec. Et donc plus avantageux que ceux des autres étudiants internationaux », explique l’université.

Une université tournée vers l’étranger

L’université de Montréal propose donc des droits d’inscription à 5 603 euros annuel. Une somme qui correspond au prix des écoles privées en France. Mais L’université de Montréal permet une éducation reconnue à l’international. Selon le dernier classement QS paru en février dernier, c’est la ville canadienne qui détenait la palme de la meilleure ville étudiante du monde. Une place qui la situe devant Paris. Chaque année, ce sont près de 40 000 étudiants internationaux qui partent faire leurs études à Montréal. Un quart d’entre eux sont des Français.

Autres vidéos recommandées pour vous