fbpx
Campus
Partager sur

APB: les combines du gouvernement pour éviter le tirage au sort

APB: les combines du gouvernement pour éviter le tirage au sort

Le gouvernement souhaite mettre fin au tirage au sort en 2018... Mais pour le moment, sur APB, il souhaite limiter cette pratique pour la rentrée 2017.

Le Conseil d’Etat avait validé la pratique du tirage au sort sur APB… Surtout sur les filières à capacités limitées qui reçoivent qui reçoivent de nombreuses candidatures. Mais la critique sur cette pratique a obligé le gouvernement a envoyé des instructions pour éviter les tirages au sort. Une note qui a été envoyée le 31 mai 2017 dont le site EducPros a reçu l’intitulé. Et il est demandé aux université de paramétrer la quantité de candidats à appeler entre les 1er et 6 juin. Ce qui signifie que cette mise en place a été demandée deux jours avant les fermetures d’admissions de la première phase d’APB.

Le tirage au sort semble une pratique de plus en plus fréquente. Preuve en est avec les 40 000 candidats APB supplémentaires pour l’année 2016 en comparaison de l’année précédente. En 2015, 180 licences avaient recours à la pratique du tirage au sort en France.

Un choix par la classification des voeux APB

Comment marche ce nouveau procédé. Lorsqu’une filière reçoit plus de candidatures que de places, APB fait déjà un premier classement par critère. Résider ou obtenir son bac dans la région demandée, le rang de la licence dans les voeux formulés par l’étudiant sur APB et la situation familiale sont les critères retenus. Ils permettent de classer les candidats en fonction des priorités de l’établissement. Mais lorsque la demande est trop forte, c’est là que le tirage au sort intervient.

Ce que propose le ministère de l’Education Nationale, c’est de contourner le tirage au sort en fixant le rang du dernier candidat qui a obtenu son admission. Ce rang est établi par les universités elles-même lorsque cela concerne les filières en tension. Cela empêchera donc la venue de candidats trop nombreux et à départager au sein du même groupe.

Plus de tirage au sort dès l’année 2018

Il y aura donc trois choix. Le premier sera évidemment, le tirage au sort. Le second sera celui des places vacantes ou encore en troisième recours, le surbooking… Mais cette dernière risque de ne pas plaire aux établissements qui pratique le tirage au sort pour éviter le surbooking. D’autant qu’il reste aussi un moyen de voir les candidats retenus sur APB ne pas s’inscrire finalement dans la filière en question.

Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a tenu a précisé que le casse-tête prendrait fin l’année prochaine. Lors d’un déplacement à Bordeaux, elle a stipulé qu’une mesure serait prise. « Je souhaite mettre en place un dispositif pour qu’en 2018 le tirage au sort soit un mauvais souvenir », a-t-elle déclarée.