fbpx
Campus
Partager sur

Anglais: les étudiants français surestiment beaucoup leur niveau !

Anglais: les étudiants français surestiment beaucoup leur niveau !

Selon une étude menée, bon nombre d’étudiants français surestimeraient leur niveau en anglais. Découvrez pour quelle raisons

L’anglais fait partie des langues que nous nous devons de connaître et savoir parler. En effet, bon nombre de jobs nécessitent de savoir parler un minimum cette langue. Toutefois, les Français ne seraient pas au niveau.

C’est en tout cas ce que révèlent une étude menée par le comité d’examen Cambridge Assessment English avec Le Figaro Étudiant. Le résultat tombait grâce à un examen durant lequel 26 % affirmaient avoir un niveau avancé (C1-C2).

Mais, sur les 26% disant qu’ils avaient une bonne maîtrise de l’anglais, seuls 5% réussissaient le test. Ce chiffre en dit long sur les capacités de certains et sur le fait que la plupart se surestime.

Peut-être qu’avec un peu d’alcool celui-ci aurait été différent ? En effet, tout le monde sait qu’au cours d’une soirée, avec quelques verres dans le gosier, notre maîtrise de la langue anglaise s’avère plus facile.

C’est ce que nous croyons tous. Mais nous ne signons pas des accords ou n’échangeons pas tout le temps des discussions en anglais en étant bourrés, bien heureusement !

Anglais: les étudiants français surestiment beaucoup leur niveau !
Anglais: les étudiants français surestiment beaucoup leur niveau !

L’anglais, pas si maîtrisée que cela par les français

Mais alors, quelle est la raison de cet « échec » ? Selon le Figaro, la plupart se plaint du fait de pas avoir eu assez de cours durant leur passage à l’école. Ou plutôt, que les leçons et les exercices proposés s’avéraient insuffisants pour pouvoir bien parler.

Comme le fait savoir le média  « 78 % des sondés pensent qu’ils auraient dû à l’école avoir plus de contacts avec des natifs anglais ». De plus, 79% pensent qu’aller dans un pays étranger reste la meilleure façon d’en apprendre la langue. Anglais y compris.

Par la suite, 67% trouvent que nous manquons de tests internationaux après les études secondaires. Cela permettrait de continuer à parler et garder un bon niveau selon eux.

Au niveau des parents, certains pensent que leurs enfants n’ont pas assez d’heures pour parler anglais. Reste à savoir si le ministère va attendre cet appel à « l’aide » et modifier les heures à la rentrée.