fbpx
Campus
Partager sur

Chine : à l'Institut Sarita de Pékin, on apprend le savoir-vivre féminin à l'occidentale

Chine : à l'Institut Sarita de Pékin, on apprend le savoir-vivre féminin à l'occidentale
Partager sur Facebook

Maîtriser l’art de vivre à l’occidentale, c’est en substance le fond des enseignements dispensés chaque année par l’Institut Sarita de Pékin et qui sont proposés aux jeunes chinoises pour une somme plutôt exorbitante

La formation totale est répartie sur 12 jours à peine, et est facturée 100 000 yuans soit près de 12 500 euros. Tout se passe dans l’enceinte de l’Institut Sarita, inauguré en mars 2013.

L’objectif de ce cursus express ? Faire des élèves inscrits des femmes du monde à part entière, aussi bien capables de distinguer les plus grands vins que d’alimenter de façon autonome une conversation en présence de personnes issues des milieux d’affaires.

En bref, tout ce qu’il faut savoir pour devenir une parfaite poule de luxe: connaître les produits haut-de-gamme, apprendre à se vêtir avec goût, à satisfaire son mari, à dresser couverts et plans de table, à prendre le thé sans oublier l’art d’agencer les fleurs etc. Derrière nombre d’enseignements carrément douteux et rétrogrades chargés de faire de ces jeunes filles de parfaites hôtesses, des cours bien concrets comme tous ceux consacrés à la cuisine, assurés en l’occurrence par l’ancien chef de l’ambassade de France en Chine.

Ré-apprendre à manger, à recevoir et à dépenser

L’école a été fondée sur le modèle à l’ancienne des finishing schools, ces établissements formant les jeunes filles de bonne manière qui pullulait dans toute l’Europe jusqu’au siècle dernier, comme en Grande-Bretagne, en France ou en Suisse. Et permet à leur génération pétrie de consumérisme d’accéder à de nombreux éléments de savoir plus difficiles à obtenir ailleurs. Et ainsi d’éviter les faux-pas en bonne compagnie.

Comme de savoir répondre aux questions suivantes: Quand est-il approprié de servir tel ou tel plat ? Où commence la notion d’espace privé, dans la bonne société ? Quand faut-il commencer à manger, par rapport aux autres convives ? Que convient-il d’assortir en termes culinaires ou vestimentaires ? Et j’en passe. Des promotions qui se composent de plusieurs dizaines de jeunes filles venant des villes provinciales du pays, à l’image de Canton ou Chongqing. Le but de cette formation est d’apporter des acquis complémentaires à des étudiantes souvent inscrites ailleurs dans des cursus notamment internationaux.

T. C.

Source : 20 minutes

Photo DR : @Sarita Institute

Clique sur « J’aime » pour t’abonner à la page Facebook MCE