fbpx
Campus
Partager sur

Focus sur SophiaTech, la technopole azuréenne

Focus sur SophiaTech, la technopole azuréenne

C’est à la rentrée dernière que le site universitaire de haute technologie SophiaTech a ouvert ses portes pour la première fois

Après vous avoir parlé de Paris-Saclay, du campus russe de Solkovo et du QI québécois, MCE s’intéresse maintenant à la Côte d’Azur et plus précisément la technopole de SophiaTech, basé sur Sophia-Antipolis, à proximité immédiate de Nice.

La construction des bâtiments a débuté fin 2009 et s’est achevée tout récemment pour permettre aux 2 500 étudiants d’y suivre leur rentrée.

Le site originellement baptisé Campus Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication – STIC de son petit nom – a posé ses valises sur les lieux de la technopole Sophia Antipolis qui semblait déjà prête à agrandir la famille. Le campus est donc par essence multisite, utilisant aussi bien l’ancien renommé les Lucioles que le plus récent, baptisé les Templiers.

Ingénierie et labos de recherche en haute technologie

A terme, l’ambition est de porter les effectifs de SophiaTech à 3 000 étudiants pour un corps professoral de 800 enseignants-chercheurs relevant des EPST. C’est que la recherche en ingénierie et haute technologie est la raison d’être de ce site unique en France qui cumule, vous allez le voir, des compétences très larges.

En effet, SophiaTech c’est avant toutes choses le concours de filières et d’écoles d’excellence qui ne demandaient qu’à travailler main dans la main. La campus comprend ainsi un pôle important d’ingénierie, abritant des antennes du Centre de recherche Eurecom, de Polytech’Nice, ou encore plusieurs IUT rattachés à l’UNS, Université de Nice Sophia Antipolis, estampillée CNRS, mais aussi des laboratoires de recherche de l’Inria et de l’Inra implantés dans la zone.

Plusieurs filières de l’UNS en renfort

Ajoutons l’introduction très remarquée de filières informatiques de l’UNS – qui totalise 25 000 étudiants à elle seule – à l’image de l’Institut Universitaire Professionnalisé MIAGE (incluant des L3 et étudiants de Master 1) ou des différentes spécialités suivies en Master comme Informatique, Fondements et Ingénierie, Recherche en Informatique Fondamentale ou encore Mobiquité, Bases de Données et Intégration de Systèmes, qui se classait 6ème dans le palmarès 2013 des Masters en Informatique et Nouvelles Technologies de Challenges, que MCE vous présentait ici.

L’ambition première de ce parc technologique de premier plan pour notre pays est de réunir des pointures à même de mener des projets de recherche NTIC mais aussi de nombreux acteurs privés susceptibles de multiplier les passerelles vers l’emploi. Pour cela, l’action conjointe des labos d’excellence à l’image du Laboratoire d’Electronique, Antennes et Télécommunications, et d’incubateurs tels que la SATT ou PACA-Est se révèle être d’une aide substantielle, ainsi que le mentionne educpros dans son dossier.

T.C.

Sources : educpros , investincotedazur