fbpx
Campus
Partager sur

Le lycéen qui a poignardé un camarade de classe au Kremlin-Bicêtre fera 12 ans de prison

Le lycéen qui a poignardé un camarade de classe au Kremlin-Bicêtre fera 12 ans de prison
Partager
Partager sur Facebook

Le verdict vient de tomber : ce sont 12 ans de réclusion criminelle qui ont été retenus contre Islam Belkebir, un lycéen de 22 ans ayant mortellement frappé un de ses camarades au couteau

Malgré les 20 ans requis par l’avocat général, le jeune meurtrier risquait théoriquement jusqu’à 30 ans d’emprisonnement. Il n’en a rien été.

Selon les proches de la victime, la cour d’Assises du Val-de-Marne se serait montrée bien trop clémente envers le meurtrier d’Hakim Maddi, un élève de 18 ans inscrit au lycée Darius Milhaud au Kremlin-Bicêtre, dans la périphérie sud de la capitale.

Pas à la hauteur

Les mots sont forts, à la hauteur de l’émotion suscitée par la fin de la procédure judiciaire. Karim Maddi, aîné d’Hakim dit toute sa consternation : «On se sent presque humiliés par un verdict comme ça», a-t-il déclaré. Même réaction écoeurée du côté du père de famille, Chedli Maddi : «Je croyais à la justice, plus maintenant».

Maître Christine Dumet-Boissin, l’avocate du clan endeuillé, explique ces réactions : «La famille d’Hakim ne comprend pas la peine. On ne peut pas accepter qu’un élève entre armé dans un lycée et tue un autre élève».

3 coups de couteau

Il faut dire que les faits reprochés à Islam Belkebir sont sévères et indiquent une préméditation. Nous sommes un vendredi de janvier 2010 lorsque le lycéen passe les portes de l’établissement équipé d’un couteau, qu’il a déjà eu dans sa poche à partir du mercredi précédent, après avoir eu un différent futile avec Hakim qui se serait soldé par des menaces des deux côtés.

Lorsqu’une nouvelle altercation éclate entre les deux jeunes gens, les choses se gâtent : Islam frappe par trois fois son adversaire qui s’écroule instantanément, et prend la fuite en silence.

Pourtant, malgré une situation familiale tendue – pas un des proches d’Islam n’a fait le déplacement lors du procès – le jeune homme avait la volonté de s’en sortir scolairement. Son avocat force tout de même un peu sur les violons lorsqu’il a plaidé : «Je vous demande de regarder ce gamin, dans ce box immense, avec ses habits trop grands de meurtrier».

T.C.

Source : 20 minutes