fbpx
Campus
Partager sur

Sondage Appartager.com : les français plébiscitent la colocation à l’international

Sondage Appartager.com : les français plébiscitent la colocation à l’international

Selon un sondage d'Appartager.com, nombreux sont les Français qui plébiscitent la collocation à l'international

En 2002, le film de Cédric Klapish, L’Auberge Espagnole (5 millions d’entrées en Europe), mettait en scène 4 jeunes de nationalités différentes ; ils faisaient passer un entretien à Romain Duris, avant de l’autoriser à intégrer leur appartement de Barcelone. L’idée de compatibilité des modes de vie était déjà présente. Car vivre avec les autres impose de s’entendre sur des us et coutumes du quotidien… qui diffèrent bien souvent d’un pays à l’autre. Barrière de la langue et choc des cultures sont-ils des difficultés supplémentaires pour définir un cadre de vie harmonieux ou une opportunité humaine à saisir d’urgence ?
Un enjeu de taille pour Appartager.com, le n°1 de la colocation en ligne en France, qui a interrogé ses membres colocataires sur leurs rapports avec leurs colocataires d’une autre nationalité. Le sondage a été réalisé en ligne du 16 au 22 octobre 2014[1].

L’Hôtel Europe séduit plus que les Nations Unies !

A la question « Avec combien de nationalités différentes avez-vous déjà été en colocation ? », ils sont 20,28% à répondre ″1″, 20,87% à répondre ″2″, et 18,31% pour ″3″ nationalités. Preuve que l’intérêt pour ce mode de vie est réel, ils sont 11,61% à avoir vécu avec 4 nationalités différentes, et 28,93% à avoir passé la barre des 5 nationalités et plus !
Interrogés ensuite sur la nationalité de leurs alter ego étrangers, on constate que la génération ERASMUS a laissé des traces ; ils sont en effet 57,20% à avoir été en colocation avec des Espagnols, 51,27% avec des Allemands, et 50,18% avec des Britanniques. A noter néanmoins que 39,48% des répondants ont vécu avec des « Américains », ces derniers ne dérogent donc pas à leur tradition de mobilité.
Karim Goudiaby, CEO d’Appartager.com donne des pistes pour comprendre ce phénomène : La mobilité étudiante et professionnelle est plus grande chez les jeunes générations pour qui la notion de frontière, surtout en Europe, est très théorique ; l’essor des compagnies Low Cost, l’Eurostar, l’Euro, le programme Erasmus… autant de facteurs qui ont réduit les distances, et qui font qu’ils appréhendent moins de partager leur appartement avec d’autres membres du village mondial avec qui ils ont parfois plus en commun qu’avec un lointain cousin.

Le Français est plus ouvert d’esprit qu’on ne le dit pour la colocation

Le Français ne parlerait que français, et ne serait jamais aussi épanoui que dans un entre-soi digne du village d’Astérix ? Voilà un poncif qui a vécu. En effet, interrogés sur ce que signifie la colocation internationale à leurs yeux, les français qui vivent dans une colocation internationale prouvent en tirer parti !

Globe-trotter d’interieur, pragmatique curieux ? Le Français valorise la vie à plusieurs pour ce qu’elle apprend : les langues, les habitudes alimentaires, la musique… Et il y gagne. Karim Goudiaby en est convaincu : La colocation internationale est un très bon terrain d’apprentissage pour la vie professionnelle. Vivre avec d’autres nationalités, c’est aborder une certaine altérité, et dans le monde du travail, on doit composer avec d’autres milieux sociaux, d’autres générations, d’autres manières de réfléchir ; c’est un véritable atout pour le capital humain d’un employé, peut être même cela figurera-t-il sur les CV dans les années qui viennent.

Avec 6 000 chambres proposées sur Appartager.com, le site, qui existe dans 27 pays et en 12 langues bénéficie naturellement d’une certaine notoriété auprès des étrangers. Une bonne nouvelle à l’heure où la tour de Babel regagne en attractivité.

Communiqué