fbpx
Campus
Partager sur

Pour rajeunir sa population, le Japon bichonne ses étudiants étrangers

Pour rajeunir sa population, le Japon bichonne ses étudiants étrangers

Soin de luxe, spa ou encore muscu, les universités de l’agglomération tokyoïte se plient en quatre pour attirer à elles toujours plus d’internationaux

Le Japon a beau rester un leader économique mondial, le renouvellement des générations a, là-bas, bien du mal à se faire.

Au point que la proportion des plus de 65 ans passera de 23% de la population en 2009 à 40% à horizon 2055, d’après The Boston Globe.

Du coup, les japonais doivent se montrer sacrément créatifs pour parvenir à équilibrer les différentes franges de population. Une esquisse de réponse semble avoir été trouvée du côté des campus privés de Takushoku, Chuo ou encore des instituts Shibaura et Yong Jin Chung.

Spa et bain à bulles

En effet, c’est dans les locaux de la faculté de Takushoku qu’on trouve tout d’abord des résidences universitaires aux chambres perso confortables de 17,5m2 pour à peine 435 € mensuels de loyer. Une chance compte-tenu des tarifs pratiqués dans ce pays frappé d’explosion démographique.

L’établissement en propose 405 de ce type et les infrastructures possèdent également une cafet’ spacieuse, un local de location de bicyclettes ou encore des bains à bulles dont un sauna/spa et une grande salle de sport.

Argument supplémentaire : on sert sur ce même campus 2 repas par jour aux étudiants. A Chuo non plus on ne manque pas de ressources : des dortoirs internationaux ont été construits et la volonté d’accueillir toujours plus d’étudiants étrangers se retrouve jusqu’au sein des pôles d’ingénierie locaux.

En-dehors des questions de vieillissement de population, il faudra du temps au pays pour se remettre de l’exode massif et soudain des ressortissants étrangers qui avait suivi l’incident nucléaire du site de Fukushima en mars 2011. Il avait entraîné le départ de quelques 70 170 étudiants étrangers soit environ 40% de leur total 1 mois seulement après le drame.

T.C.

Sources : aujourdhuilemonde.com , The Boston Globe , Le Figaro