fbpx
Dossier MCE
Partager sur

Bac 2013 : avis de durcissement des sanctions en cas de triche

Bac 2013 : avis de durcissement des sanctions en cas de triche

Suite aux fraudes du bac 2011, des mesures renforcées avaient été prises en matière de sanction. Si du chemin a été fait depuis, on en conserve l’esprit à la veille de cette session 2013

Tout le monde se souvient des fuites ultramédiatisées de l’exercice de maths posté sur le site jeuxvideos.com au cours de la session 2011 du bac.

Des frères et plusieurs camarades avaient mis la main sur un lot de sujets alors qu’ils travaillaient dans une imprimerie mandatée.

Suite à cela, le cafouillage est monstre : 15 000 parents d’élèves et enfants signent une pétition en ligne pour demander au Siec et à l’éducation nationale de prendre en compte l’exercice dans la notation et les recours aux tribunaux administratifs pleuvent. Sans parler de la mauvaise image donnée de l’organisation de cet examen national si massif qu’il semble inamovible.

La version 2011 impliquait de recevoir un blâme

Alors ministre de l’éducation nationale, Luc Chatel se met au travail et soumet le 3 mai 2012 un décret au parlement prévoyant un alourdissement du train de sanctions disciplinaires relatif à la triche au bac dont l’exposition à un blâme, entre autres.

Un an plus tard, le gouvernement socialiste enrichit ce dernier d’un projet de décret qu’il a commencé par présenter le 16 mai 2013 au Conseil Supérieur de l’Education, une instance consultative chargée de se prononcer sur des modifications à apporter en matière d’examens, de diplômes et d’offres pédagogiques.

Sur le papier, en effet, ça tape déjà un peu plus dur sur les doigts en cas de triche : non seulement votre tentative avortée figurera dans le livret scolaire mais désormais des poursuites pourront être engagées contre vous, même après avoir reçu votre diplôme. En ce qui concerne les cas les plus caractérisés, une peine de prison de 3 ans pouvant s’accompagner d’une amende de 9 000 € vous pend également au nez mais aussi une interdiction de repasser un exam valable pour une durée de 1 à 5 ans.

La tentative de fraude inscrite sur le livret saute au bout d’un an

Le syndicat d’éducation du SE-Unsa a obtenu que la mention inscrite au livret scolaire soit retirée passé 1 an, pour éviter qu’un élève ayant commis une faute lourde soit marqué à vie par son geste.

Pour mémoire et d’après les chiffres du Monde, en 2012 on dénombrait 419 tentatives de fraude tandis que 298 candidats étaient pris sur le fait et que 140 interdictions d’examen pendant 1 à 5 ans venaient frapper les tricheurs. Sur l’ensemble des triches, 165 étaient tentées sur smartphone, 99 via des antisèches classiques, 46 passaient par des échanges entre élèves, 30 par annotations, 25 copies étaient truquées, 7 tentatives d’usurpation d’identité étaient faites et 2 autres tentatives de fraude s’étiquetaient « diverses ».

T.C.

Source : Le Parisien , Le Monde

Photo DR : @AFP/RICHARD BOUHET