fbpx
Campus
Partager sur

Les 2 lycéens américains ayant filmé leur viol sur smartphone feront de la détention

Les 2 lycéens américains ayant filmé leur viol sur smartphone feront de la détention

Gueule de bois pour la ville entière de Steubenville, dans l’Ohio. Les 20 000 riverains ont découvert que plusieurs de leurs jeunes étaient impliqués dans une sordide affaire de viol filmé ayant circulé sur le web

Les faits remontent au break estival 2012. Deux quaterbacks de 16 et 17 ans d’un lycée de la ville, Ma’Lick Richmond et Trent Mays s’en prennent à une jeune fille de 16 ans.

Les jeunes gens sont saouls et profitent que l’adolescente soit dans le même état qu’eux pour se livrer à des jeux sexuels.

D’abord dans une voiture à proximité, puis dans un sous-sol, ils abusent d’elle tout en s’amusant de son ébriété en la filmant nue et souillée à partir de leurs téléphones portables. La jeune fille finit même par sombrer dans un coma éthylique.

lol

Qu’à cela ne tienne ! Ils la laissent en plan et se dépêchent de podcaster leurs exploits sur des plate-formes, comme youtube, et via les réseaux sociaux. L’affaire faisant rapidement le tour de la ville, les deux lycéens sont accusés de viol dans des circonstances particulièrement humiliantes.

Le procès, qui vient d’avoir lieu, a vu tomber un verdict symbolique plutôt clément au grand dam de la partie civile : 1 et 2 ans de réclusion dans un centre pour délinquants mineurs ont été retenus contre les deux compères qui ont compris un peu tard qu’il venaient de « gâcher leur vie ».

Une peine bien clémente

La douceur de la peine finale a sans doute à voir avec la position assez ambiguë de la victime, consentante, d’après l’avocat des accusés.

Des manifestations de soutien aux victimes de viols adolescents avaient éclaté plus tôt à Steubenville, de nombreuses personnes défilantes arborant un masque d’Anonymous ou de V pour Vendetta pour marquer l’universalité de ce combat.

Le Figaro nous rappelle que d’après une enquête de l’organisme de recherche Pew, ce serait un tiers des jeunes américains âgés entre 16 et 17 ans qui aurait déjà eu en leur possession des images ou documents vidéos montrant un de leur camarade dans une situation de nudité, et majoritairement des filles.

T.C.

Source : Le Figaro