fbpx
Dossier MCE
Partager sur

Bac 2013 : Angoulême accumule les cas de triche à l'examen

La jolie cité d’Angoulême est réputée pour son festival international de bande-dessinées. Hé bien à l’occasion de la session 2013 du baccalauréat, en ses murs ça a plutôt été le festival des tentatives de fraude

Pour cette année, on est est déjà à trois cas avérés de tentative de triche à l’examen dans la préfecture de Charente.

Le rectorat de Poitiers ne sait plus où donner de la tête: alors que lundi 17 juin dernier une première candidate devait quitter l’épreuve de philo, deux autres individus sont repérés dans la journée, le lendemain une autre élève de terminale des séries ST2S était grillée en tentant de gruger pendant l’histoire-géo.

D’émotion, la fraudeuse tombe dans les escaliers

La première candidate à avoir été accusée de triche est aussi le cas le plus ambigü: au cours de l’épreuve de philo, au sein de l’établissement Guez-de-Balzac la jeune fille dégaine son smartphone et a le malheur de le consulter. Pas de chance: un examinateur la repère et lui demande de quitter la salle. Perturbée par l’événement, la lycéenne aurait trébuché dans les escaliers à proximité et fait une chute mineure. Elle a été conduite par le samu à l’hôpital tout proche de Girac.

C’est le même jour que 2 candidats sont également surpris en train d’échanger des informations alors que l’examen est évidemment totalement individuel. La personne suivante n’a pas attendu bien longtemps avant de tenter sa chance elle aussi: il s’agit d’une lycéenne en science et technologie de la santé et du social lors de l’épreuve d’histoire-géo.

Flag’

Le dernier cas était pour ainsi dire un bon vieux flagrant délit: cette dernière, qui passe l’examen au sein du lycée Sainte-Marthe d’Angoulême, avait son téléphone tranquillement posé sur les cuisses, disponible à tout moment. Invitée à sortir, les autres candidats présents se sont inquiétés de la voir revenir au bout de 15 minutes d’exclusion: à ceux-là il faut rappeler qu’une fraude avérée doit remonter jusqu’à une commission pédagogique pour être définitive, si bien que les candidats suspects sont tenus de continuer de passer leurs épreuves normalement.

Un dernier cas pourrait bien avoir été détecté au cours de cette épreuve, mais n’a pour l’heure pas été confirmé par les autorités académiques locales, tout comme celui de la candidate ayant chuté dans les escaliers.
Plusieurs enquêtes internes sont en cours mais gageons après les scandales des années précédentes et les nombreuses histoires qui ont entaché cette session, qu’on ne fera pas de cadeaux aux candidats suspects de cette année.

T. C.

Source : charentelibre.fr , lepopulaire

Photo DR : @Pascal Lachenaud