fbpx
Campus
Partager sur

Langues vivantes : le coréen boosté par la déferlante « K-pop »

Langues vivantes : le coréen boosté par la déferlante « K-pop »
Partager
Partager sur Facebook

Parmi les nouvelles langues a bénéficier d’un engouement marqué en France, le coréen. La faute à des icônes pop et tout un battage culturel qui ne cessent de déferler sur l’occident

Un dynamisme économique qui semble à toute épreuve, une société assez proche du consumérisme à l’occidentale et une culture flashy assez facile d’accès peuvent expliquer entre autres l’affolement actuel qui se trame autour du sud-coréen.

Les frémissements de la fameuse « K-wave », véritable vague qui a débarqué chez nous à grands renforts de films, séries TV et clips, se sont faits sentir à partir de la seconde moitié de la décennie 2000.

Plus récemment, on l’a identifiée sous l’appellation de « K-pop » dont le paroxysme a été à n’en pas douter le buzz incroyable du succès de Psy avec son « Gangnam Style », entré dans la légende avec pas moins de 1 milliard 500 millions de vues Youtube.

Les demandes explosent dans l’hexagone

En France, pourtant, la possibilité de recevoir une formation vraiment complète en coréen reste assez limitée.

En effet, les journalistes de 20 minutes nous rappellent qu’il n’est possible de suivre des enseignements de coréen qu’au sein de l’université de La Rochelle, de la faculté de Paris VII et de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales.

Pour prendre le seul exemple de l’université de La Rochelle, alors qu’en 2007 ils n’étaient que 25-30 à intégrer le département de la Faculté des Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines, l’année 2011 les promos étaient déjà de 90 personnes.

Interrogé par 20 minutes, le doyen de l’université, Charles Illouz, développe : «Cette année, nous avons eu 130 demandes en seulement cinq jours. [Il s’agit d’un] véritable phénomène sociologique au sein de la jeunesse française», constate-t-il.

T.C.

Source : 20 minutes