fbpx
Campus
Partager sur

Boko Haram : on a retrouvé la trace des 200 lycéennes enlevées

Boko Haram : on a retrouvé la trace des 200 lycéennes enlevées

Elles sont encore 223 à être retenues de force par la secte islamiste Boko Haram au Nigéria : suite à l'envoi de soutiens étrangers en terme de renseignement et de recherche, l'état major des armées du pays a annoncé hier soir avoir enfin localisé le lieu abritant le groupe de captives lycéennes et leurs geôliers

La communauté internationale, émue par le rapt de plus de 200 lycéennes nigérianes à Chibok une localité du nord-est du pays à la mi-avril, attendait une telle annonce depuis des semaines : La bonne nouvelle pour les filles c’est que nous savons où elles se trouvent mais nous ne pouvons pas vous le dire a déclaré hier au Quartier Général de la Défense de la ville d’Abuja le maréchal et chef de l’armée de l’Air Alex Badeh.

Après des semaines de mobilisation dans toutes les capitales mondiales dont Paris et des encouragements de nombreuses personnalités publiques, une première avancée significative semble avoir été faite par les militaires mobilisés sur place pour tenter de retrouver les jeunes filles capturées.

L’effort international semble payer

Les hommes de Goodluck Jonathan, le président nigérian refusant tout compromis avec les intégristes djihadistes, un temps critiqués pour leur inefficacité à remettre la main sur les lycéennes enlevées connaissent davantage de succès dans leur entreprise depuis l’envoi en renfort d’experts français, britanniques, israéliens et même de 80 militaires américains opérant depuis le Tchad limitrophe, avec du matériel dernier cri et des préconisations à revendre auprès de leurs homologues nigérians.

Drones, opérations de renseignement, de surveillance et (…) vols de reconnaissance au-dessus du nord du Nigeria et des régions voisinesannonçait Barack Obama en milieu de semaine dernière, sans oublier les nombreux conseillers du pays mis sur le coup, on a dernièrement assisté à un véritable branle-bas-de-combat pour tenter d’identifier la zone où sont détenues les jeunes victimes et rattraper leurs ravisseurs.

Le groupe Boko Haram toujours très actif dans le pays

La nouvelle intervient après le mini-sommet africain de samedi dernier à Paris à l’issue duquel une feuille de route opérationnelle a été établie par les Etats présents contre la menace majeure régionale que représente ce groupe sunnite pour la prédication et le djihad dirigé par Abubakar Shekau. Elle tombait aussi le lendemain d’un tweet posté par la BBC et parlant de négociations amorcées mais avortées consistant à troquer plusieurs jeunes filles enlevées contre des membres de Boho Haram détenus dans les prisons nigérianes. Aucun élément relatif à la mission n’a fuité du secret militaire qu’impose la préservation de l’intégrité des otages, même si on imagine qu’une tentative de sauvetage coup-de-poing devrait être la suite logique de la confirmation d’une telle localisation.

D’autant que Boko Haram, galvanisée par sa prise, est accusée d’avoir multiplié les exactions dans le pays ces derniers jours comme des pillages et incendies et dont l’acmé était atteinte mercredi dernier avec le double attentat de Jos, dans le centre, ayant fait plus de 120 morts. Le chef d’état-major des forces armées du Nigéria a encore ajouté Personne ne doit venir nous dire que l’armée nigériane ne sait pas ce qu’elle fait. Nous savons ce que nous faisons. Nous ne pouvons pas nous lancer comme ça, rapporte Libération.

Sources : liberation , huffingtonpost