fbpx
Campus
Partager sur

Un vent nouveau soufflera sur la formation vétérinaire

Les 4 écoles nationales vétérinaires pourraient bientôt fusionner en un pôle unique. C’est du moins le souhait de la directrice générale de l’enseignement et de la recherche du Ministère de l’Agriculture Mireille Riou-Canals

En France, la formation vétérinaire se répartie entre 4 écoles nationales que sont l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort, l’Oniris pour Ecole Nationale Vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation, Nantes-Atlantique, VetAgroSup pour institut d’enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l’environnement et enfin l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse.

Le projet de rapprochement voulu par M. Riou-Canals s’inscrirait en fait plus largement dans la dynamique qu’espère insuffler le Ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll dans le cadre de son projet de « loi d’avenir agricole » dont il devrait bientôt dévoiler la feuille de route.

Du pain sur la planche

Parmi les chantiers à mettre en branle, moderniser l’offre de formation vétérinaire, s’aligner sur les standards européens en matière d’accréditation et de rayonnement national et transnational des écoles. L’homme chargé d’accomplir ce tour de force ? Stéphane Martinot, DG du réseau VetAgroSup, qui a jusqu’à mai 2013 pour plancher sur le sujet.

Et il faut dire que les points chauds ne manquent pas, entre un nécessaire raccourcissement de la formation – une des plus longues d’Europe aujourd’hui, soit 7 ans d’études – une évolution des contenus pédagogiques, devenus assez caduques par rapport aux enjeux nouveaux de cette profession – entre autre en termes de perspectives de recherche, de management ou de gestion.

Pistes supplémentaires

Y aurait-il même la possibilité d’une harmonisation partielle avec d’autres titres du secteur de la santé ? L’hypothèse ne serait pas à exclure, selon le chef du service de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation de la DGER, Valérie Baduel, interrogée par Educpros.

Inclure davantage d’économie numérique dans le circuit de formation vétérinaire mais aussi encourager le tutorat rural sont également des pistes étudiées pour réussir la modernisation de la filière. Tout comme le remaniement du concours d’admission en école de véto, qui pourrait voir la durée de ses oraux sensiblement réduite.

T.C.

Source : Educpros