fbpx
Campus
Partager sur

Triche au bac : attention aux détecteurs de smartphones

Vous connaissiez le concept des jumelles infrarouges anti-screener, pour lutter contre les pirates adeptes du vol de propriété intellectuelle, déjà présentes dans vos salles de cinéma préférées ? Découvrez les détecteurs de portable dans vos salles de passage du bac !

Les moyens de détection anti-triche aux examens intègrent désormais des procédés dernier cri. C’est ainsi qu’un détecteur de téléphone mobile surpuissant s’invite déjà dans vos centres d’examen, à en croire les responsables de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire…

Le dispositif, à l’essai de façon aléatoire dans quelques 300 salles d’examen – sur les 4 762 présentes sur le territoire – depuis la session 2012 du bac, est en fait ultra-confidentiel si bien que rares sont les éléments concrets à filtrer.

Epouvantail ou réalité technologique ?

Pour les spécialistes, il est exclu que soit utilisé un appareil capable d’autre chose que la seule détection d’activité électromagnétique comme un brouilleur de communications, une sorte de pare-feu mobile, en premier lieu pour des raisons de budget.

Les observateurs spécialisés des meilleures rédactions françaises y sont chacun allé de sa petite hypothèse plus ou moins farfelue. Alors qu’on nous parle de triangulation pour repérer les appareils dans Le Point, compliquée à mettre en place car impliquant l’implantation de plusieurs antennes, Le Figaro évoque plutôt un simple détecteur d’ondes balayant un rayon de 10 à 20 mètres.

Plusieurs questions se posent

Un autre aspect problématique, soulevé par Xavier Lagrange, enseignant à Télécom Bretagne au sein du département Réseaux, sécurité et multimédia, interrogé par Libération, est le manque de précision des appareils existants. Si détecter la présence d’une activité est un jeu d’enfant, obtenir le positionnement précis du portable incriminé est une tannée.

Le site Active Media Concept, consulté par les journalistes de numerama.com, nous fournit l’exemple du modèle DFPOR 2G 3G, détectant les réseaux GSM, dont la sensibilité de l’heuristique est réglable et qui possède des avertisseurs lumineux par LED et sonores.

En-dehors de la question technologique se pose en outre celle relative à la surveillance des communications et par extension de la protection de la vie privée, chapitre sensible notamment en France.

T.C.

Source : étudiant aujourd’hui