fbpx
Campus
Partager sur

Mega veut devenir la mascotte mondiale des facs

Mega veut devenir la mascotte mondiale des facs
Partager
Partager sur Facebook

Le sulfureux fondateur de Megaupload, Kim « Dotcom » Schmitz a encore frappé. Loin d’avoir été découragé par la mise au ban de son site culte par le FBI le 19 janvier 2012, l’imposant Kim lance aujourd’hui Mega, qu’il espère devenir sous peu le site de référence du partage culturel étudiant

Au jour près, Kim Dotcom fait donc encore parler de lui en lançant son nouveau site de téléchargement illégal, MEGA, dont Mce-tv vous parlait déjà ici ou encore ici. Pas encore tout à fait au point et malgré avoir été chahuté par plusieurs bugs, le site semble pour l’instant tenir bon.

Un succès qui grandit petit à petit avec déjà 3 millions d’utilisateurs recensés et pas moins de 125 millions de fichiers déjà hébergés. Et une nouvelle target-market en perspective : les campus et les étudiants du monde entier.

Mega, futur partenaire de nos facs ?

Le patron de Mega a en effet décidé de miser sur un système de partenariats avec les facultés de la planète pour faire vivre une partie de son site. L’idée est simple : soumettre à un certain nombre de facs le libre accès à la plate-forme, sans aucune restriction.

Avec en bonus la possibilité pour l’université concernée d’utiliser un affichage particulier du site, en marque blanche, c’est-à-dire sans que l’appellation « Mega » ne figure nulle part. Avec des possibilités de stockage et de circulation des contenus hébergés totalement gratuit pour l’ensemble des étudiants du campus qui aurait conclu avec la société Mega.

«Nous voulons coopérer avec des universités partout dans le monde. Leurs étudiants sont nos futurs clients potentiels »

Si l’opération est avant tout de redorer le blason des produits de Kim Dotcom, elle semble pourtant déjà éveiller la curiosité puisqu’une grande université US serait déjà en négociation avec la société, à en croire des renseignements détenus par mediaetudiant.

Après, le gros malin sans mauvais jeu de mots, a depuis longtemps compris que les jeunes représentaient une part majoritaire de son public et son véritable cœur de cible. Il compte donc bien en profiter en professionnalisant davantage son image de marque, en l’asseyant de façon plus institutionnelle et en l’associant à des grandes écoles mondiales, passées références intouchables.

T.C.

Source : Melty.fr