fbpx
Campus
Partager sur

Après adopteunmec découvrez adopteundiplomé.com

Après adopteunmec découvrez adopteundiplomé.com
Partager
Partager sur Facebook

Vous connaissiez forcément le site de rencontres décomplexé adopteunmec.com. Un étudiant en communication a eu l’idée géniale d’opter pour le même type d’accroche…pour déboucher le marché de l’emploi !

Pour les retardataires, adopteunmec.com est une plate-forme qui a un peu révolutionné les rencontres sur internet en France depuis son lancement en 2008.

Axé sur un axe léger davantage que sur le créneau des relations sérieuses et durables, ce site propose une formule de séduction résolument contemporaine où les femmes peuvent désormais faire leur e-shopping en se baladant parmi les rayons d’un cybermarché.

Le portail est tout simplement un carton, en atteignant à présent 2 millions d’euros de chiffre d’affaire et en étant considéré selon un sondage du magazine best-rencontre comme le site préféré des français.

Un Master 2 dans mon panier

C’est dans la tête d’un jeune titulaire d’un Master d’ingénierie éditoriale et communication qu’a germé l’idée d’un (gros) clin d’oeil au site AUM, histoire d’essayer de voir le monde du travail de façon plus détendue.

Abandonnant la dualité « homme/femme » au profit de « diplômé/employeur », le site adopteundiplomé semble avoir de beaux jours devant lui, avec plus de 1 000 visiteurs uniques depuis son lancement en début d’année et pas moins de 3 300 pages consultées sur la plate-forme.

On ne peut s’empêcher de relever le côté un peu léché et joke de ce type de portail, assez peu adapté aux demandeurs d’emploi peu qualifiés et de longue durée. Mais encore quelques efforts d’ergonomie à fournir, et le site aurait au moins le mérite de faire souffler un vent frais sur le marché du travail, un peu tendu en ce moment.

Rappelons qu’un site similaire avait été lancé l’année passée, adopteunmarketeur, mais l’enseigne AUM avait jugé qu’il s’agissait là d’une copie conforme de son modèle, et était parvenue à faire sauter le site pour motif de plagiat.

T.C.

Source : Le Figaro