fbpx
Campus
Partager sur

Un amendement de loi de la réforme ESR présentée hier prévoit la fin de la gratuité des CPGE

Un amendement de loi de la réforme ESR présentée hier prévoit la fin de la gratuité des CPGE

En plein examen de la réforme ESR menée par Geneviève Fioraso, la patronne du MESR, au Parlement, un amendement vient d’être approuvé. Le texte a beau ne pas avoir été encore voté, la communauté des préparationnaires grince déjà des dents

C’est dans le contexte chaud – bouillant de la présentation du projet de loi sur l’Enseignement supérieur et la recherche à la Chambre des députés que la Commission des affaires Culturelles de l’Assemblée Nationale vient d’examiner une section additionnelle à l’article 18 du texte de loi, l’amendement n°397.

Derrière ce froid matricule se cache une réalité qui ne l’est pas moins, celle de la fin de la gratuité pour tous les élèves de cycle préparatoire du territoire. Si cette actu fait l’effet d’une bombe sur les principaux syndicats enseignants de prépa et les associations de parents d’élèves, elle ne sort pourtant pas de nulle part.

Déséquilibre flagrant

En effet, comme MCE-tv vous le rapportait ici et ici, il est depuis plusieurs mois question de cela. Rappelons que les 80 000 élèves inscrits en CPGE en France bénéficient d’une exonération totale de frais de scolarité parce qu’ils suivent leurs enseignements au lycée, alors qu’un étudiant désireux de s’inscrire en licence en fac déboursera 181 euros.

Entre l’injustice criante dénoncés par les uns, et une situation simplement normale tel que le décrètent les autres, le débat n’est pas aisé pour le rapporteur de la loi, le député PS Vincent Feltesse. Ce dernier parle pourtant d’une « mesure symbolique » nécessaire, tout à fait « logique » par rapport au reste de la communauté étudiante qui soit systématiquement s’acquitter de frais universitaires plus ou moins élevés.

Qui dit vrai ?

Il base en grande partie son positionnement sur les chiffres disponibles au MESR qui parlent de 15 240 euros annuels dépensés par tête de pipe en prépa contre 10 180 en université ou en IUT. Mais aussi sur d’autres qui rapportent que 50,9 % des élèves de prépas issus des cadres supérieurs contre seulement 6,3 % en provenance de familles ouvrières.

La présidente de la PEEP, fédération de parents d’élèves marquée à droite,Valérie Marty considère que  « Ces droits d’inscription viendraient s’ajouter à des frais déjà élevés pour les élèves de classes prépa, entre le coût de l’internat et les inscriptions aux concours », pour n’évoquer que cela ainsi que nous le rapporte le site capital.fr. Le syndicat UPS, association des profs de prépas scientifiques, a pour sa part déjà réagi ici sur MCE-tv contre cet amendement qu’il juge handicapant et inutile.

T.C.

Sources : economiematin.fr , capital.fr

Photo DR : @Xavier Léoty