fbpx
Campus
Partager sur

Skolkovo Institute of Science and Technology, la Silicon Valley à la moscovite

Skolkovo Institute of Science and Technology, la Silicon Valley à la moscovite
Partager
Partager sur Facebook

Une Silicon Valley à la russe vous y croyez ? Eux oui, en tout cas : MCE-tv poursuit sa tournée mondiale des pôles industriels de pointe

MCE-tv vous parlait ici et ici des projets de parcs technologiques rapportables au modèle de la Silicon Valley qui poussent dans le monde comme des champignons.

Hé bien à ce jeu-là, la Sainte Mère Russie ne compte pas arriver dernière.

Pour cause : pour mener à bien son projet cyclopéen du Skolkovo Institute of Science and Technology, elle s’offre un partenaire de choix, j’ai nommé le Massachusetts Institute of Technology. Autres établissements concernés, pour ne citer qu’eux, l’Imperial College de Londres ou encore l’EPLF de Lausanne. C’est dire si le projet est crédible.

Un budget global chiffré à 2 milliards d’euros

Le campus de la future « Skoltech », qui a élu domicile dans le quartier de Skolkovo à l’ouest de la capitale Moscou au moment du lancement de ce projet gouvernemental en 2010, saura faire bon usage des quelques 300 millions de dollars levés pour l’occasion. Car un tel chantier a un coût, qui se situe autour de 2 milliards d’euros, soit 85 milliards de roubles, selon nos confrères du Figaro. Le tout à la solde du Ministère des Finances russe.

Abattements fiscaux, obtentions de visas facilitées, on déploie à vrai dire le tapis rouge aux étrangers tentés de poser leurs valises dans ce complexe de haute technologie. Et cela semble marcher puisque des grands groupes comme Microsoft, Siemens ou encore IBM ont déjà annoncé leur intention d’implanter des antennes régionales dans cette zone.

Une fondation solide pour les partenariats et un corps professoral fourni

Si bien que les accords fleurissent avec des sociétés du privés : depuis 2010, année de la création de la Fondation de l’Université appelée « Skolkovo Innovation Center », 52 d’entre elles auraient déjà rejoint l’aventure. Pour l’anecdote, c’est le 4ème homme le plus riche du pays, Viktor Vekselberg avec une fortune personnelle estimée à près de 11 milliards d’euros, selon le magazine spécialisé Forbes, qui a été placé à la tête de la fondation.

De même, on sort le grand jeu côté corps pédagogique avec la promesse de 200 créations d’enseignants résidents assurant leurs cours en anglais exclusivement. Les effectifs devraient pour leur part atteindre les 1 200 étudiants, à horizon 2018. On souhaite longue vie à ce projet qui pourrait permettre à la Russie de revenir dans la course de l’enseignement supérieur mondial et notamment en ingénierie et NTIC.

Découvrez par vous-même la vidéo officielle de présentation de l’établissement :

T.C.

Sources : Le Figaro, The Washington Post