fbpx
Campus
Partager sur

Quand le secteur du numérique joue l’entente public – privé

Quand le secteur du numérique joue l’entente public – privé
Partager
Partager sur Facebook

Le numérique est un secteur en plein branle-bas de combat chez nous. Les stratégies fleurissent en ce moment entre partenaires publics et privés de façon à mettre encore plus de liant entre enseignements théoriques et prise de fonctions concrètes

Avec 700 000 emplois directs créés et un chiffre d’affaires de 63 milliards d’euros généré par ce seul secteur, d’après les chiffres fournis par educpros, on comprend mieux en quoi il pèse lourd sur notre économie.

Pourtant, tous ne trouvent pas chaussure à leur pied.

Paradoxe de notre époque : on n’a jamais eu autant besoin de développeurs d’applications mobile, d’admin calés en cloud computing et en gestion big data mais les entreprises sont engorgées et peinent à jouer le jeu de l’embauche, faute de postes créés suffisamment renseignés pour accueillir les apprentis-informaticiens.

La résistance s’organise

Et celles qui s’y mettent sont forcées de constater que les montagnes de CV reçus ne sont pas au rendez-vous. Alors on se creuse la tête pour trouver des solutions. L’une d’elles consiste à créer des réseaux réunissant un maximum d’acteurs du secteur. C’est par exemple le cas de France Digitale mais aussi de l’asso toulonnaise baptisée « 43 117 ».

Ces collectifs sont par la suite tout à fait disposés à prêter main forte aux jeunes espoirs du domaine, à l’image des très nombreux diplômés des écoles des Technologies de l’Information et de la Communication. Mais les titulaires en provenance des ESC ou encore des écoles d’ingé sont également pléthores. France Digitale confirme ainsi à educpros que les jeunes passés par de tels établissements figurent parmi les personnes qui s’adressent prioritairement à elle.

Privé et public main dans la main pour faire face

Et parfois c’est de l’association public – privé que nous vient l’initiative d’un rapprochement entre institutions et groupes majeurs du secteur. C’est notamment le cas du Pacte Pen Breizh, du côté du Grand Ouest, qui réussit le tour de force de mettre en lien quelques 500 demandeurs d’emploi avec ce profil avec une multitude de boîtes du secteur. Le projet est né d’une alliance entre Pôle Emploi, le groupe d’intérim ManPower, Bretagne Développement Innovation et enfin la Région Bretagne.

Plusieurs partenaires prestigieux s’associent d’ailleurs pour plancher sur un panorama de la promotion et du développement de l’emploi dans les métiers du numérique en France. L’étude qui devrait s’achever en 2018 pourra compter sur le concours du syndicat Syntec numérique, de Centre Inffo, de la DGEFP et enfin de Pôle Emploi qui viennent d’en ratifier l’accord-cadre.

Décidant de prendre le problème à la racine, l’Etat prend lui aussi des mesures en faveur de la filière numérique. Non seulement sera mise en place une option informatique en prépa à compter de la rentrée 2013, mais on a aussi créée dès 2012 une spé informatique disponible en classe de terminale appelée ISN pour Informatique et Sciences du Numérique.

T.C.

Source : educpros

Photo DR : @Robyn Beck / AFP