fbpx
Campus
Partager sur

Le journal La Croix propose une cartographie des chômeurs de moins de 25 ans en Europe

Le site du quotidien La Croix vient de faire paraître une cartographie du chômage en Europe, en la structuant autour de plusieurs ensembles distincts. Celui qui nous intéresse spécialement est le mapping des chômeurs de moins de 25 ans dans les pays de l’Union. Révélations

Les codes couleurs sont simples: rouge pour la part des moins de 25 ans dans la population active au chômage très au-dessus des autres tranches d’âge, orange lorsqu’elle demeure au-dessus, en jaune lorsqu’elle se situe en dessous et enfin vert lorsqu’elle est plutôt très en dessous.

Le constat est très net: en partant de chiffres 2012 selon des sources Eurostat, 7 pays intègrent la catégorie la moins enviable, la rouge. En effet, c’est un peu la douche froide pour la Grèce, l’Espagne, la Croatie, le Portugal, l’Italie, la Slovaquie et l’Irlande.

Catastrophe pour l’Europe du Sud

La simple évocation des résultats fait blêmir: le tandem de tête est composé de la Grèce et de l’Espagne qui plafonnent respectivement à 55,3% et 53,2% des leur jeunes qui sont au chômage. Un vrai coup dur qui n’est malheureusement une surprise pour personne.

Au-delà de 35% de taux de chômage des jeunes on retrouve la Croatie avec 43%, le Portugal bien mal en point tout plombé qu’il est par ses 37,7% de jeunes chômeurs et l’Italie qui a elle aussi du souci à se faire avec 35,3%. Slovaquie et Pologne sont toujours dans le rouge mais d’une moindre manière en ramenant à 34% et 30,4% ces taux de chômage.

Deuxième catégorie, l’orange concerne 6 pays que sont la Lettonie, la Hongrie, la Bulgarie, la Pologne, Chypre et la Lituanie. Ils affichent des taux de chômage des moins de 25 ans de l’ordre de 28,4% pour la première, de 28,1% ex-aequo pour les jeunes hongrois et bulgares, de 27,8% pour les chypriotes, de 26,4% du côté de la Lituanie et de 26,5% en ce qui concerne la Pologne.

Troisième catégorie, qui est celle de l’hexagone et dont la plus ou moins grande perméabilité avec le sous-ensemble précédent structure le débat actuel sur la distinction des pays d’Europe du Sud et du Nord, la jaune qui compte 7 pays.

Avec un taux de chômage des jeunes avoisinnant les 20%, certains pays sauvent les meubles

On y trouve principalement la France, en tête de gondole avec un inquiétant taux de chômage des jeunes de 24,3% immédiatement suivie de la Suède avec 23,7%, de la Roumanie avec 22,7%, du Royaume-Uni qui s’en sort bien avec seulement 21%, de l’Estonie qui talonne à 20,9%. La Slovénie et la Belgique ferment la marche avec 20,6% et 19,8%.

Ultime catégorie, celle qui échappe de près ou de loin à la situation générale du continent, c’est donc la verte qui comprend tout de même 8 états. La République Tchèque reste proche de la vingtaine avec ses 19,4% au même titre que la Finlande avec 19% de taux de chômage des moins de 25 ans. Le Danemark fait mieux pour sa part en enregistrant que 14,1% de jeunes chômeurs, et l’Islande à peine avec 12,8%.

C’est un tout autre ton pour les pays de l’Europe du Nord qui font se pâmer d’envie nombre de partenaires européens. Commençons par évoquer le cas des Pays-Bas qui plafonnent à 9,4% de jeunes chômeurs maximum, suivis de l’Autriche avec 8,7% et de la Norvège à 8,6%. Suffisamment fière d’elle pour qu’on ait pas besoin d’insister, l’Allemagne arbore fièrement ses 8,1% de chômage qui font d’elle la nation la moins touchée de l’Union par le chômage des jeunes.

T. C.

Source : La Croix