fbpx
Campus
Partager sur

Angleterre : un étudiant écope de 120 h de TIG pour avoir cuit le hamster de son coloc'

Angleterre : un étudiant écope de 120 h de TIG pour avoir cuit le hamster de son coloc'

Faire les choses les plus absurdes quand on a un coup dans le nez, qui ne connaît pas ? Hé bien un étudiant anglais a poussé le bouchon un peu loin….en faisant frire le hamster de son coloc’ !

Ils sont fous ces anglais. L’histoire commence lorsque des policiers d’un commissariat de la ville de York, dans le Yorkshire du Nord, sont appelés à la rescousse pour tapage nocturne à proximité de Pope’s head Court, sur Peter Lane.

En arrivant à l’appartement dont s’échappent des cris d’étudiants éméchés en train de festoyer, ils interpellent un jeune de 21 ans particulièrement turbulent, John White, un des deux locataires des lieux, étudiant en relation internationale à la York University. Ce dernier est non seulement dans un état d’ébriété avancé mais a également dans sa cuisine…un hamster complètement grillé !

Au poste

Placé provisoirement en garde à vue, il ne se passe que très peu de temps avant que son coloc, un étudiant étranger travaillant dans le centre-ville, n’apprenne la tragique nouvelle par les officiers.

Horrifié et mort de chagrin, il décide de poursuivre John en justice. Au terme d’une analyse légiste poussée, menée par deux vétérinaires désignés par le tribunal, le verdict tombe : John est condamné à purger 120 heures de Travaux d’Intérêt Généraux et à lui verser 1 000 £ de dommages et intérêts.

Frappé en complément d’une interdiction de posséder un animal de compagnie pendant 8 ans, le jeune homme doit en outre s’acquitter des frais d’avocats engagés qui s’élèvent à 3 356 £.

Chronique d’une friture annoncée

C’est que dans le détail les faits ont beau faire sourire, ils n’en restent pas moins sordides : il aurait immergé le rongeur femelle dans la bonne épaisseur d’huile contenue par une poêle à frire chauffée à balle. Un acte « lol » assez vite zappé par John White qui, une fois réveillé le lendemain en cellule de dégrisement n’a plus aucun souvenir des faits qu’on lui reproche !

L’opinion publique reste médusée face à tant de bêtise cruelle et une levée de boucliers a également traversé les rangs des associations de défense des animaux, très actives outre-manche, comme la célèbre RSPCA. Le juge Anderson, en charge de l’affaire, avait même dit fermement à l’étudiant que  » le traitement que vous avez infligé à ce malheureux animal a détruit votre bon caractère et forgé votre conviction criminelle« , rapportent les journalistes de Melty

T.C.

Source : yorkpress.co