fbpx
Campus
Partager sur

Rouen : une collégienne lance une pétition contre la dissection en cours de SVT

Rose, scolarisée en classe de cinquième au collège Fontenelle de Rouen (Seine-Maritime), a publié une pétition à l’attention du ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon. L’adolescente de 12 ans réclame la fin de la dissection en cours de Sciences de la vie et de la terre

C’est un cri de colère que lance Rose. Cette collégienne de 12 ans a lancé en ligne une pétition adressée au ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, pour mettre fin aux dissections en classe de Sciences de la vie et de la terre (SVT). Avons-nous besoin de massacrer des cadavres d’animaux pour apprendre ?, écrit l’adolescente scolarisée dans l’établissement de Fontenelle de Rouen (Seine-Maritime). Sa requête a déjà récolté 13.000 signatures.

Des anecdotes peu ragoûtantes

Rose a accompagné sa pétition de quelques exemples et anecdotes survenus lors des cours de SVT. Ce jour-là, le 12/04/2013, il s’agissait d’un poisson, on devait lui retirer les branchies pour voir le fonctionnement du système respiratoire du poisson, raconte l’adolescente.

Mon établissement pratique les dissections : poisson, porc… Il est possible d’apprendre dans des livres le fonctionnement de la respiration, du cœur… Seulement, mon collège préfère financer la mort d’animaux, regrette-t-elle. J’aimerais à l’avenir que les dissections ne soient plus présentes dans les collèges, finit-elle par exiger.

Puis elle s’adresse directement au ministre : Je vous prie M. Peillon de bien vouloir retirer la dissection de ces établissements. Le principal intéressé n’a pas encore répondu à la demande de la jeune fille.

Les réactions fusent

Les réactions sont nombreuses depuis la publication de cette pétition sur le site MesOpinions.com. Les débats vont bon train entre les enseignants, les élèves et leurs parents. Pour certains, cette pratique sert à amuser les crétins et traumatiser les plus sensibles. Pour d’autres, la dissection est indispensable pour apprendre l’anatomie.

F. G.