Campus
Partager sur

Université de Bordeaux : lancement d’une campagne « Pas de relations sexuelles sans consentement »

Université de Bordeaux : lancement d’une campagne « Pas de relations sexuelles sans consentement »
Partager
Partager sur Facebook

L'Espace Santé Etudiants-Université de Bordeaux lance "Pas de relations sexuelles sans consentement". Cette campagne est déployée sur les abribus de Bordeaux

« Pas de relations sexuelles sans consentement » est une campagne de communication que lance l’Espace santé étudiants de l’université de Bordeaux à partir du 7 janvier sur les arrêts de tram de Bordeaux Métropole ainsi que sur les différents lieux de vie étudiants : campus, bibliothèques, restaurants universitaires, bars, etc.…

Elle a pour objectif de dénoncer les agressions sexuelles dont les étudiantes peuvent être victimes et de sensibiliser les jeunes à la notion de consentement. Le monde étudiant n’est pas épargné par les violences sexuelles et sexistes et l’équipe des professionnels de l’Espace santé étudiants est régulièrement sollicitée par des étudiantes victimes d’agressions : harcèlement, attouchements, voire même relations sexuelles non consenties.

Ces violences subies ont un impact considérable sur la santé des victimes et compromettent fortement le bon déroulement de leurs études et de leur insertion professionnelle future. Pour les Étudiants relais santé à l’origine de cette campagne, il est nécessaire de placer la notion de consentement au centre des questionnements sur la sexualité. Cette campagne de communication a donc pour but de sensibiliser les étudiants et les étudiantes
au consentement, comme préalable à une relation égalitaire et respectueuse entre deux personnes.

Elle a également pour objectif d’informer les jeunes sur la mise en place d’un accueil à l’Espace santé étudiants et la création d’une adresse mail [email protected] pour poser de manière confidentielle toutes leurs questions.

Pour qui ?
Pour les victimes d’agression sexuelles ou sexistes : manipulation, menaces, intimidations, harcèlement en vue d’obtenir un rapport sexuel, attouchements sexuels, rapport sexuel non consenti

Comment ?
En laissant ses coordonnées mail et éventuellement un numéro de téléphone pour être contacté dans les plus brefs délais par une équipe pluridiscipliaire de l’Espace santé étudiants (médecin, psychologue, infirmier, assistante sociale) pour une proposition de rendez-vous, de conseils et d’écoute adaptés en fonction de chaque cas.

Alcool et drogue
De nombreuses agressions ont lieu lorsque l’une des deux personnes est sous l’emprise d’alcool ou de drogues. La victime n’est alors pas toujours en mesure d’exprimer son consentement ou son non consentement, les abus sont d’autant plus faciles.

Soirées
En raison du monde, de l’ambiance, de l’alcool, certains se sentent autorisés à imposer des gestes sexuels par surprise sans que la personne objet de ces attouchements puisse exprimer son accord ou désaccord préalable. Une campagne autour de 4 messages clés

Vie en couple
Le fait de vivre ensemble ne doit donner aucun droit sexuel sur son/sa partenaire. Ne pas respecter un refus à une relation sexuelle est un viol. Cette affiche permet de mettre en lumière les agressions sexuelles conjugales, qui sont aussi présentes dans la population étudiante et de rappeler l’évidence qu’il n’y aucune obligation sexuelle dans le cadre du couple.

Flirt :
Lorsque deux personnes flirtent, cela ne veut pas dire nécessairement que les deux vont consentir à une relation sexuelle. Mettre un terme à des préliminaires est un droit. Ne pas respecter ce droit pour obtenir par la force une
relation sexuelle constitue un viol.

Plusieurs actions autour de la campagne « Pas de relations sexuelles sans consentement »

Sur les campus universitaires

Les Étudiants relais santé tiendront des stands dans les différents bâtiments des universités afin de faire connaître au mieux la campagne, et rencontrer les étudiants. « Pour nous il est très important de présenter nous même la campagne aux étudiants, se confronter à leurs avis, mais aussi entamer des discussions sur cette question du consentement malheureusement si peu naturelle parfois. Il nous semble indispensable d’aller directement au contact des étudiants pour les informer de leurs droits, des risques qu’ils ou elles encourent, pour faire prendre conscience que le consentement ce n’est pas une question anodine mais qu’elle doit être centrale dans toutes les relations. Autour d’un café, nous présenterons aux étudiants les différents outils de communication de la campagne (affiches , flyers, carte de visite, etc), la cellule d’accueil et les évènements à venir autour de cette thématique » Chloé, étudiante relais santé

Table ronde
Les Étudiants relais santé souhaitent également organiser une table ronde afin d’aborder les différents aspects liés au consentement. « Nous prévoyons plusieurs intervenants, dans différents domaines scientifiques et universitaires : le consentement dans le droit, en psychologie, en sociologie (au travers des études de genre) et éventuellement en présence du CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement dans l’Enseignement Supérieur). »

Conférences
Afin de poursuivre les échanges au cours du deuxième semestre, les Étudiants relais santé prévoient d’organiser des conférences sur les sites universitaires. Ils imaginent pour cela travailler avec les associations étudiantes afin que celles ci s’emparent de ces questions et diffusent la campagne au travers de leur réseaux.

L’Espace santé étudiants

C’est une structure rattachée à l’université de Bordeaux qui offre un accompagnement personnalisé à tous les étudiants bordelais sur le plan médico-psychosocial. Il propose une prise en charge globale de la santé et favorise l’accès aux soins de proximité.

Missions et activités
Pour les étudiants, l’entrée dans l’enseignement supérieur est une période de transition qui suppose des changements d’environnement, de ville voire de pays, des bouleversements de repères familiaux et sociaux. A cet âge, beaucoup s’estiment en bonne santé et le suivi médical ne paraît pas nécessaire. Les nouveaux étudiants ne savent pas non plus à qui s’adresser et où aller pour consulter des professionnels de santé. Il apparaît donc logique que l’université garantisse des conditions favorables à cette entrée dans leur nouvelle vie. Le personnel médical et infirmier de l’Espace santé étudiants assure une visite préventive pour chaque étudiant ainsi que des consultations médicales et des soins infirmiers à la demande. Les missions de l’Espace santé étudiants incluent également la promotion et l’éducation pour la santé.

Des relais étudiants
Pour développer des actions à visée collective dans une démarche participative, l’Espace santé étudiants a crée depuis 2008 des équipes d’Étudiants Relais Santé (ERS) issus des différentes formations et établissements. Les ERS sont recrutés chaque année par l’Espace santé de l’université de Bordeaux , grâce à des financements essentiellement de l’ARS (Agence régionale de santé) et MILDT (Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives), et bénéficient de formations ad hoc auprès des personnels du service ou de ses partenaires.

L’analyse des besoins et la définition des objectifs et des stratégies d’actions sont réalisées par les étudiants relais au contact direct des étudiants susceptibles de bénéficier des actions. Ils ont une mission de prévention et de réduction des risques auprès des étudiants. Pour cela ils montent différentes campagnes de sensibilisation, mais sont aussi directement présents sur le terrain pour mener les actions de prévention.

« Les ERS ont une relation avec les étudiants différente de celle que pourraient avoir les professionnels de santé ou de l’université. C’est une démarche d’éducation par les pairs, ainsi, il est d’avantage possible de libérer la parole, de partager les expériences réciproques, sans honte, sans être jugé. Les ERS, étant eux même étudiants sont les mieux au fait des préoccupations des autres étudiants et sont en partie les mieux placés pour connaître leurs attentes et ce qui les impactera le mieux en termes de communication, d’activités etc. » explique Chloé Joubert, étudiante relais santé sexualité .

Retrouvez la campagne également sur la page Facebook : Espace Santé Etudiant Bordeaux

Communiqué