fbpx
Campus
Partager sur

Rentrée 2014 : comment choisir sa mutuelle étudiante ?

Rentrée 2014 : comment choisir sa mutuelle étudiante ?
Partager
Partager sur Facebook

Le choix d'une mutuelle étudiante peut s'avérer complexe mais pas de panique MCE va vous donner tous les conseils pour savoir comment la choisir

Les frais de santé, ça peut être un gouffre dans son budget quand on ne dispose pas d’une bonne mutuelle étudiante. Des tarifs pas donnés, des délais d’attente pénibles et des prises en charge partielles… Comment s’y retrouver dans la jungle des mutuelles étudiantes et peut-on éviter de se faire avoir par leurs formules alléchantes ?

Les onze mutuelles étudiantes en France

Hormis la parisienne SMEREP, de nombreuses mutuelles étudiantes se répartissent le territoire national via le réseau EMEVIA (cf carte) ainsi que la SMERAG (pour les Antilles françaises et la Guyane). La LMDE est pour sa part rattachée au réseau FNMF. Elles doivent prendre en charge la sécu des étudiants en lieu et place de l’Assurance Maladie.

Ces organismes mettent à votre disposition des services complets pour un montant forfaitaire : sécurité sociale, assurance responsabilité civile et individuelle accident, assurances logement et automobile mais aussi assistance rapatriement et conseils juridique etc. C’est génial vous n’avez rien à ajouter !

Il existe des passerelles entre certains établissements bancaires et mutuelles étudiantes (Groupama banque et SMEREP ou encore BP et SMEREP, par exemples) permettant des tarifs préférentiels, des réductions de frais de dossier et de carte de paiement ou même des offres additionnelles (cinémas, opérateurs téléphoniques etc).

Modalités et grilles tarifaires

Vous devez avoir de 20 à 28 ans pour souscrire à ce type d’offre qui vous couvrira du 1er octobre au 30 septembre de l’année suivante. L’avantage de ces mutuelles adaptées est de ne demander qu’une cotisation annuelle (207 € pour le régime étudiant) et que les tarifs sont assez harmonisés entre eux sur le territoire, pour ce qui est de la sécurité sociale. Une fois affilié, vous recevrez une carte vitale qui gérera les remboursements de sécu de vos frais de santé.

Remarque : malgré de nombreuses voix s’élevant contre des délais d’obtention de carte vitale interminables, vos remboursements seront garantis durant cette période si vous rapportez vos feuilles de soins au centre de référence de votre mutuelle étudiante.

Le choix d’une couverture complémentaire : ce qu’il faut éviter

Pour être remboursé au mieux, on peut être tenté de contracter une complémentaire santé large. Reste à comparer les formules proposées, à l’image des 3 de l’offre SMEREP : l’« Indispensable » à 99 € annuels, la « Médiane » à 264 € et la « Totale » pour 552 €. Retrouvez cela sur le site de la SMEREP (https://www.smerep.fr/)

A chaque palier ses leviers de remboursement : le premier correspond au remboursement de 100 % des consultations généralistes, le second ajoute une prise en charge des soins ophtalmologiques et dentaires. La dernière couvrira tous vos frais de façon optimale y compris des dépassements d’honoraires.

Ceci étant dit, l’UFC-Que Choisir prévient : des tarifs plus compétitifs peuvent être trouvés ailleurs que dans une mutuelle étudiante. A titre d’exemple, certaines complémentaires santé en ligne seraient environ 30 % moins chères qu’ailleurs.

Maintenant vous avez tuos les éléments pour savoir comment choisir sa mutuelle étudiante à quelques semaines de la reprise des cours.