fbpx
Campus
Partager sur

Parents et profs veulent voir bouger le bac en profondeur

Parents et profs veulent voir bouger le bac en profondeur
Partager
Partager sur Facebook

Une enquête d’opinion révèle qu’aussi bien la communauté enseignante du secondaire que celle des parents d’élèves souhaitent voir évoluer le baccalauréat par rapport à sa forme actuelle

C’est un sondage réalisé par Ipsos pour Le Monde, RTL et la Maif, dont les résultats sont tombés mercredi 10 avril dernier, qui nous apprend que beaucoup de personnes en France souhaite voir le modèle du bac tel qu’on le connaît évoluer significativement.

Les résultats proviennent de trois enquêtes conjointes, réalisées courant mars 2013, et ayant porté sur un premier panel de 610 lycéens inscrits en première ou en terminale, un deuxième composé de 407 profs et enfin un dernier réunissant 406 parents d’élèves.

Le changement, c’est pour quand ?

Le son de cloches n’est pas si différent si on prête une oreille attentive aux doléances des lycéens eux-mêmes qui s’estiment, avec les parents d’élèves, à 85 % de cet avis. Du côté des profs, on observe une nette majorité elle aussi favorable au changement, puisqu’ils sont 60 % à l’appeler de leurs vœux.

En revanche, pour ces derniers pas question de tailler dans le lard, c’est-à-dire de faire n’importe quoi. En effet, ils sont relativement peu (25 %) à réclamer une telle modification en profondeur du bac qu’elle aboutirait à une abrogation du mode de contrôle terminal.

Un diplôme toujours utile

L’ensemble des sondés tombe en fait d’accord sur le fait que la valeur du bac n’a fait que décroître depuis des années. Ils sont 87 % des profs, 83 % des parents d’élèves et tout de même 81 % des lycéens à souscrire à cette assertion, tout en considérant qu’un tel diplôme demeure important pour assurer sa carrière pro.

En dépit de cette baisse de niveau d’un tel titre, tous admettent que le diplôme du baccalauréat reste un passeport indispensable « pour la suite », à en croire les journalistes de 20 minutes. En effet, 73 % des élèves continuent de penser qu’il est un sésame « indispensable », un point de vue partagé par les parents et les profs même de façon plus modérée – 59 % pour les premiers et 52 % pour les seconds.

T.C.

Source : 20 minutes