fbpx
Dossier MCE
Partager sur

Admission Post Bac 2015 : 5 bonnes raisons de s’inscrire en classe Prépa

Admission Post Bac 2015 : 5 bonnes raisons de s’inscrire en classe Prépa

Le site Admission Post Bac 2015 vient d'ouvrir ses portes et MCE a décidé de vous donner 5 bonnes raisons de s'inscrire en classe Prépa

Il est courant de présenter les prépas comme des classes d’élite, intransigeantes en terme de travail personnel et sélectives par opposition à l’université publique. A l’occasion d’un dossier thématique paru dans le magazine Challenges, Ma Chaîne Etudiante tord le coup à quelques idées reçues sur la CPGE.

Admission Post Bac 2015 : 5 bonnes raisons de s’inscrire en classe Prépa

Le premier reproche adressé à la prépa est celui de l’investissement important que représente ce type de formation intensive post-bac : en effet une semaine-type en prépa, cela fait 30h d’enseignements à suivre, auxquelles il faut ajouter le même volume horaire à produire à la maison.

Seulement voilà en deux ans seulement de classe prépa, votre niveau d’enseignement supérieur équivaut à celui acquis au terme d’une licence, ce qui peut être intéressant pour les profils recherchant un mode d’apprentissage concentré et peu attirés par l’absence de prise en charge en faculté.

Quand les classes préparatoires se démocratisent

Vous les pensiez impénétrables ? Les CPGE n’ont en fait jamais été aussi ouvertes : partant des données officielles du ministère, Claude Boichot, inspecteur général honoraire de l’Education nationale nous apprend que par an sur 80 000 demandes, il y a 45 000 réponses positives, soit exactement une chance sur deux d’intégrer ! Une aubaine pour tous ceux qui avaient baissé les bras d’avance.

D’autant que les dispositifs d’égalité des chances dans l’accès aux CPGE sont toujours plus nombreux à voir le jour depuis 2008 et le plan Espoir banlieues, ayant notamment donné lieu aux Cordées de la réussite. Mieux : certaines classes prépas ont même fait de ce créneau leur spécialité, à l’image du lycée Olympe-de-Gouges en Seine-Saint-Denis dont la prépa HEC est prise d’assaut par des jeunes issus d’horizons défavorisés. Nous accueillons près de 90% de boursiers, raconte ainsi à Challenges Michèle Maruani qui la coordonne.

La procédure APB a tout changé pour les vœux des élèves

Vous ne le savez peut-être pas mais lorsque le site Admission Post-Bac a fait ses premiers pas au milieu de la décennie 2000, il ne comptait dans son giron que des prépas, des BTS et une poignée de Licences sur l’Académie de Nantes. La disparition du dossier papier dans le fait de candidater constitue une petite révolution dans la recherche de prépa : vous pouvez choisir six spécialités, multipliées par six lycées ce qui vous laisse formuler jusqu’à 36 demandes, sans qu’aucun établissement ne puisse voir la totalité de vos vœux.

Ces derniers attribuent ensuite un rang au candidat : les mieux placés seront les mieux servis. Là encore, le status quo a changé à partir des années 80 avec l’ouverture des filières technologiques et l’ouverture des CPGE aux profils prometteurs et non plus seulement modèles. En prépa vous avez 30% de mentions très bien au bac, 30% de mentions bien, et le reste avec assez bien et passable nous apprend encore Claude Boichot. Pour lui, surtout ne pas se polariser sur ses notes au lycée. Ce qui compte, c’est d’être prêt à travailler. La prépa, et si c’était votre tour ?

Retrouvez tous nos articles sur le Bac 2015 et tous les outils pour vous aider à réviser et à l’obtenir dans notre grand dossier BAC 2015, bon courage à tous.