fbpx
Campus
Partager sur

Autriche : pour remettre à flot la banque HAA, le gouvernement diminue les fonds alloués au secondaire

Autriche : pour remettre à flot la banque HAA, le gouvernement diminue les fonds alloués au secondaire
Partager
Partager sur Facebook

Si la nouvelle paraît surréaliste, elle est pourtant tout ce qu'il y a de plus réel : le gouvernement autrichien a voté la baisse des crédits dévolus à l'éducation secondaire pour éviter la banqueroute à la banque publique Hypo Alpe Adria

C’est l’histoire d’un épouvantail bancaire qu’on pensait avoir laissé derrière nous avec la crise des subprimes de 2008.

Dans la vague de nationalisations de nombreuses banques survenue plusieurs années après pour tenter de sauver les meubles, l’établissement autrichien Hypo Groupe Alpe Adria est devenue propriété de l’Etat en 2009, un choix dont le gouvernement de coalition aujourd’hui en place se mord actuellement les doigts…

Risquer la mauvaise note aux yeux des créances internationales, ou se tourner vers le contribuable ?

La Hypo Alpe Adria est une banque basée à Klagenfurt, la capitale du Land de Carinthie, le plus méridional de l’Autriche fédérale. Pendant longtemps elle été la machine à remporter des marchés dans les balkans : avec la bénédiction du Land qui lui offre alors une garantie bancaire – d’un montant maximum de 12 milliards d’euros ! – elle se développe dans le parfait sillage de sa grande soeur américaine Lehman Brothers, jusqu’à l’implosion de celle-ci en septembre 2008.

Rachetée par BayernLB début 2000, la HAA perd ses illusions en même temps que le reste du monde. Tous ses grands comptes s’évaporent alors que le Groupe se retrouve truffé d’actifs toxiques : en mars dernier, leur montant cumulé s’élevait à 17,8 milliards d’euros ! L’Etat suit les directives de la BCE et choisit comme mode de sauvetage la nationalisation: voilà qui n’évitera pas à l’établissement d’enregistrer en continu des pertes record, jusqu’à 2,7 milliards d’euros pour la seule année 2013. Il faut arrêter le massacre : seulement, faut-il déclarer la faillite ou laisser les citoyens payer l’addition ? Autant choisir entre la peste et le choléra : la première solution plomberait le crédit international du pays tandis que la seconde consiste à ponctionner…ailleurs.

3 millions d’économies bien sentis

Selon une logique qui n’hésite pas à passer du coq à l’âne, c’est l’éducatif autrichien qui va trinquer pour recapitaliser Hypo Alpe Adria. En effet, entre cette année et la suivante, le ministère de tutelle devra passer de 57 à 60 millions d’euros d’économies. Au menu, la généralisation du nouveau standard de collège prévoyant en termes pédagogiques de diminuer de plus de 30% la proportion de cours dispensés en profs par binômes.

De même, il est envisageable de modifier le modèle de journée uniquement en classe, peut-être au profit d’un passage à l’allemande avec cours le matin et activités sportives et culturelles l’après-midi. C’est enfin les professeurs eux-mêmes qui pourraient avoir à pâtir d’un éventuel gel de salaires… Alors que des voix s’élèvent contre ce projet, des écologistes Die Grünen aux rangs de l’ÖVP – la franche la plus traditionnaliste de la coalition au pouvoir – les écoliers autrichiens n’ont peut-être pas fini de trembler quand on sait qu’une estimation, réalisée par des députés, parle pour sa part de 200 millions d’euros à économiser pour amortir les coûts de remise à flot de l’HAA…

Sources : latribune , lemonde