fbpx
Campus
Partager sur

L’audit-conseil, un domaine aux débouchés immédiats

MCE-tv vous parlait ici déjà de l’intérêt des élèves de Sciences-Po pour les métiers de l’audit-conseil. Hé bien cet engouement est en passe de se généraliser

L’audit-conseil en France est sur une bonne courbe : depuis 2011 où le domaine connaissait déjà une croissance délirante, la vapeur ne semble pas prête à se renverser.

En effet, on estime actuellement à 10 000 postes l’offre annuelle en France.

Seulement voilà, tout le monde n’a pas le costard pour assumer de telles fonctions. En effet, les profils d’ingénieurs restent les mieux en vue – d’après les chiffres du Parisien, ils seraient 6 ingé sur 10 à opter pour un bureau d’études et de conseil en début de carrière – tout comme de nombreux bac +5.

Un choix évident pour de nombreux profils

Du côté des grandes écoles de commerce et de management, on estime à 1 sur 4 la proportion d’élèves qui se dirige vers un cabinet d’audit ou une société de conseil. HEC peut être un bon témoin de cette tendance puisqu’on considère qu’environ un tiers des effectifs choisira à terme le conseil en management.

Nombreuses sont les écoles qui possèdent une offre en MS axés audit-conseil, dont la SKEMA, Rouen Business School ou encore ESCP Europe.

Il faut dire que les chiffres parlent d’eux-mêmes : l’enquête 2012 réalisée par la Conférence des Grandes Ecoles et parue au printemps dernier vient encore conforter ces impressions. 8 500 ingénieurs et managers titulaires en 2011 ont ainsi été en mesure de trouver un job en audit-conseil.

Les cursus universitaires se multiplient pour apporter eux aussi de l’eau au moulin, ayant ainsi diplômé à niveau Master environ 10 000 étudiants dans cette spé.

Plaque tournante

Un des plus de ce domaine est qu’il fonctionne sur un turn-over particulièrement marqué, et demande une polyvalence à ses acteurs. Vous serez ainsi amené prendre en charge plusieurs types de missions très différents.

Vous pourrez par exemple accéder à des fonctions d’audit junior, de gestionnaire paie, de juriste en droit social, de manager d’équipe, d’auditeur interne, d’assistant en expertise comptable etc. Pour des fourchettes de salaire sacrément attractives, situées entre 20 000 et 65 000 euros bruts annuels, selon le poste.

Vous travaillerez de préférence sur les domaines de la finance, l’environnement et l’assistance aux collectivités. Les entreprises du secteur les plus attractives pour les jeunes diplômés ?

Celles du « Big Four » que sont Deloitte, Accenture, Ernst & Young et PricewaterhouseCoopers. Mais d’autres leaders du marché mondial jouissent également d’un prestige intact : c’est le cas de KPMG, PwC, McKinsey & Company, BCG, Bain & Company.

T.C.

Source : aujourd’hui étudiant