fbpx
Dossier MCE
Partager sur

Bac 2013 : correction écrite Bac général série ES sujet de philosophie 1 : que devons-nous à l'Etat ?

Retrouvez tous les sujets, toutes les corrections et les résultats du Bac 2013 sur MCE, correction écrite Bac général série ES sujet de philosophie 1 : que devons-nous à l’Etat ?

Élèves de terminale ES, voici en exclusivité le corrigé écrit du sujet de philosophie 1 : que devons-nous à l’Etat ? pour le bac 2013.

Les corrigés du sujet Bac général série ES sujet de philosophie 1 : que devons-nous à l’Etat ? sont proposés le site le webpedagogique.com.

Découvrez dès le 5 juillet tous les résultats du Bac 2013 en direct sur MCE.

Sujet 1: que devons-nous à l’Etat ?

Problème: on peut d’abord entendre par « ce que nous devons à l’Etat » ce qu’il nous apporte mais c’est aussi ce que nous nous devons de faire à son égard.
On a tendance à penser que nous devons tout à l’Etat, c’est lui qui nous apporte à minima la protection des corps, des biens et des libertés et parfois même davantage: justice sociale et régulation économique. En somme, c’est l’Etat à qui on doit beaucoup et qui nous doit et non, les citoyens qui lui devraient : ils ne lui doivent qu’obéissance.
L’enjeu de ce sujet est de penser le rapport du citoyen à l’Etat selon deux angles: d’un côté doit-on tout attendre de l’Etat, jusqu’où doivent aller nos attentes? Et d’un autre côté, ne doit-on à l’Etat qu’obéissance, puisque on a tendance à distinguer voire opposer Etat et citoyens, Etat et société civile? Cette séparation entre l’Etat et nous ( le peuple) ne peut-elle pas aussi être interrogée?

Plan possible :
I. On peut penser que nous devons tout à l’Etat et qu’en échange on ne lui doit qu’obéissance
Si les hommes ont accepté de se soumettre à l’Etat, c’est-à-dire à un pouvoir souverain permanent institutionnalisé et pouvant être coercitif, c’est pour qu’il permette à la société de se tenir debout et en ordre, pour que chacun puisse y vivre protéger de la force commune de l’Etat.
On peut penser que sans l’Etat, la société serait en désordre, la liberté de chacun étant menacée par celle des autres. A l’état de nature, « l’homme est un loup pour l’homme » ou ne peut se passer de la vie en société malgré son « insociable sociabilité » selon l’expression de Kant.

Lire la suite sur le webpedagogique.com

Christopher Noche