fbpx
Campus
Partager sur

L’Institut Leonard de Vinci se dote d’un MBA pour contrer les cyber attaques

Le célèbre établissement qu’est l’Institut Leonard de Vinci lance un tout nouveau cursus supérieur : le MBA baptisé « Sécurité des réseaux numériques ». Férocement adapté à notre monde de plus en plus virtualisé, découvrez-le grâce à MCE-tv

Qui ne connaît pas l’Institut Leonard de Vinci, cet établissement d’excellence dont le surnom de « Fac Pasqua » est venu le coiffer dès sa création en 1995 ?

Alliance entre l’EMLV, l’ESILV, l’IIM et désormais Paris-Dauphine, Paris-Ouest La Défense et enfin l’ESDHEM, un des éléments de la SKEMA, ses locaux se situent sur la dalle de La Défense à Paris.

Parmi ses pôles fondamentaux, le Centre de Formation des Apprentis de Vinci ou encore la composante exclusivement dédiée à la formation continue qu’est l’Institut Leonard de Vinci. Hé bien c’est justement cette dernière qui vient de lancer un Master of Business Administration particulièrement axé sur la contre-attaque informatique.

Une formule qui roule à l’apprentissage

La formule est celle de l’alternance avec 6 mois de formation théorique et 6 mois de stage en entreprise. Au menu un tas de notions croustillantes : vous serez aussi bien rompu à la sécurité des réseaux qu’en big data, cloud, multimédia ou encore réseaux mobiles.

Pour cela on vous a prévu des modules équilibrés entre gestion (management), droit (droit fiscal, droit pénal, droit social ou encore droit de la communication) et science politique (réseaux sociaux mais aussi com’ de crise).

Un domaine qui manque cruellement de bras

Côté débouchés, ce n’est rien de dire qu’il y en a, surtout quand on sait que l’offre nationale se chiffre à 1 000 postes par an, à raison de 800 pour le privé et 200 du côté d’établissements publics, d’après les chiffres figurant dans le rapport du sénateur Jean-Marie Bockel sur la cyberdéfense datant de juillet 2012.

Pourtant les formations de ce type se font encore trop rares. Avec donc des opportunités bien réelles du côté des boîtes privées et publiques que le secteur industriel, le commerce et le tertiaire.

A en croire les journalistes de studyrama, les collectivités territoriales au même titre que les institutions de régulation ou encore les formations de lobbying sont également des recruteurs de poids de ce type de profil pro.

Et ce n’est pas un hasard si on a choisi de placer Yves Roucautes, un agrégé accessoirement président du Conseil Scientifique de l’Institut National des hautes Etudes de Sécurité et de Justice pour attester davantage encore de la fiabilité imparable du cursus.

T.C.

Source : studyrama