fbpx
Campus
Partager sur

Les futurs diplômés de l’assurance très confiants dans l’avenir de leur secteur

« Page Personnel » partage avec nous les résultats de son baromètre des futurs diplômés de l’assurance

Les futurs diplômés de l’assurance apparaissent très confiants dans l’avenir de leur secteur:

– 1 étudiant sur 2 souhaite intégrer une grande compagnie
– Une majorité est attirée par les fonctions techniques

Cette première édition du Baromètre des futurs diplômés de l’assurance révèle que 94% des étudiants âgés de 20 à 25 ans ont une image très positive du secteur de l’assurance. Les cadres travaillant déjà dans le secteur ne sont que 89% à partager cette opinion. De même, les étudiants expriment une confiance plus grande que celle de leurs aînés dans les perspectives d’emploi offertes par le secteur (81% chez les étudiants, 69% chez les cadres).

Comment voient-ils leur premier emploi ?

De préférence dans une compagnie – Les compagnies attirent la moitié des étudiants interrogés, (44% en BTS). Elles sont suivies par les cabinets de courtage qui intéressent 1 étudiant sur 5, (1 sur 4 en BTS). Seuls 7% des étudiants sont spontanément attirés par la bancassurance et 6% par les institutions de Prévoyance/Mutuelles/Caisses de retraite. Plutôt dans une grande structure – Ils ne sont que 15% à aspirer rejoindre une structure de moins de 50 salariés.

Ce point est à rapprocher du fait qu’ils sont 80% à placer les perspectives d’évolution en tête des critères de choix de leur futur emploi, juste devant la rémunération (79%). Dans une fonction technique – Toutes filières confondues, les fonctions techniques – comptabilité technique, sinistre, production, souscription, maîtrise d’ouvrage… – attirent une nette majorité (60%) des étudiants interrogés. On note que les étudiants en BTS sont sensiblement plus enclins que ceux des autres filières à occuper des fonctions commerciales (28% contre 21% en moyenne). Seuls 12% sont a priori intéressés par les fonctions support, un résultat logique compte tenu de la formation spécialisée qu’ils suivent. Pour au moins 2 ans – 63% des étudiants pensent qu’ils resteront dans ce premier poste entre 2 et 5 ans.

Les critères de choix de leur futur emploi ?

Priorité au pragmatisme – Tous profils confondus, trois critères se détachent nettement : les perspectives d’évolution (80% des citations), la rémunération (79%) et la mission et les responsabilités (72%). Les étudiants en BTS et Licence professionnelle placent cependant la rémunération en tête, tandis que, les étudiants en Master 1&2 privilégient les perspectives d’évolution ainsi que la mission et les responsabilités liées au poste.

La mobilité, pourquoi pas ? La localisation du poste est un critère important pour 42% des étudiants interrogés. En lien avec ce critère, il est à souligner qu’ils se déclarent majoritairement mobiles, seuls 17% excluant l’idée de déménager. 49% se disent prêts à s’expatrier, une aspiration plus marquée chez les étudiants en BTS (63%) et en Master (64%). Une moindre attention à l’image de l’entreprise – La dimension internationale de l’entreprise, son image/sa notoriété, ses résultats financiers ou encore son engagement RSE n’apparaissent pas comme des critères déterminants (respectivement 22%, 18%, 16% et 8% des citations).

Quelle rémunération espèrent-ils pour leur premier poste ?

Des aspirations en phase avec le marché – Les étudiants interrogés se montrent réalistes : les rémunérations qu’ils espèrent sont en accord avec le niveau d’études et en adéquation avec les pratiques habituelles du marché. Ainsi, les étudiants en BTS se voient à 47% commencer avec un salaire brut annuel entre 25 et 30 K€. La proportion de ceux qui se projettent entre 30 et 35 K€/an augmente logiquement avec le niveau d’études : 16% chez les étudiants en Licence Professionnelle, 44% chez les Master 1 et 54% chez les Master 2. 20% des Master 1 et 24% des Master 2 pensent débuter avec un salaire supérieur à 35 K€.

Page Personnel interrogera périodiquement les étudiants de l’ESA et de l’ENASS sur la manière dont ils voient leur avenir professionnel et le secteur qu’ils ont choisi.

A propos de PageGroup

Plus de 35 ans après sa création à Londres en 1976, l’expertise de PageGroup dans le recrutement et l’intérim spécialisés est reconnue et appréciée par les clients et candidats du monde entier. Coté à la bourse de Londres depuis avril 2001, PageGroup (Michael Page International Plc) compte aujourd’hui 156 bureaux répartis dans 34 pays et rassemble plus de 5000 collaborateurs qui conseillent et accompagnent leurs clients et candidats dans la recherche de solutions adaptées.

En France, PageGroup recrute pour ses clients des collaborateurs en intérim, CDD et CDI à tous les niveaux d’expérience, du dirigeant au technicien, à travers les marques suivantes : Page Executive est l’un des leaders de la chasse de têtes sur des postes de direction générale, de direction opérationnelle/fonctionnelle ou encore d’experts.

Il couvre également la recherche d’administrateurs et l’audit d’équipes dirigeantes ;

Michael Page identifie pour ses clients les meilleurs cadres confirmés par sélection et approche directe ; Michael Page Interim Management intervient exclusivement dans la recherche de cadres confirmés pour des missions d’interim management ou de management de transition ; Page Personnel recrute des cadres 1er niveau, des techniciens et des employés qualifiés pour des missions d’intérim, des CDD et CDI.

Le Groupe s’appuie également sur des équipes d’experts pour répondre à des besoins plus spécifiques :

– Page Assessment propose des prestations de conseil en évaluation et en gestion des talents ;
– Page Consulting intervient sur des missions de conseil opérationnel en Systèmes d’Information ;
– Page Outsourcing spécialiste du RPO (Recruitment Process Outsourcing), gère avec flexibilité les opérations de recrutements volumiques.

PageGroup s’appuie sur un réseau national de 500 consultants répartis au sein de 30 bureaux.

Communiqué