fbpx
Campus
Partager sur

La fac du Wisconsin-Madison accusée de torture sur chats

Ca fait un foin terrible, il fallait donc bien qu’on vous en mette un peu de côté. Ce n’est pas qu’on soit particulièrement fans de Bardot et de tous les excités de la maltraitance sur animaux, mais cette nouvelle est placardée partout

Oui, des chats ont été utilisés comme cobayes par des étudiants-chercheurs de la fac de Wisconsin-Madison dans le cadre d’expériences sur la surdité. Beaucoup de chats, même (30), et puis pour une fois le ton est un peu plus trash que le rouge à lèvres collé de force à un singe aux yeux tristounes, là dans sa cage.

Au point que les militants de People for the Ethical Treatment of Animals aient fait entendre leur indignation en interrompant une réunion du personnel de la fac de la semaine passée ayant pour objet la réception du grand public à la question des traitements réservés aux félins dans ce projet.

La figure de proue de l’asso est le célèbre acteur américain James Cromwell ayant joué entre autres dans les séries Six Feet Under et American Horror Story ou un film comme The Artist ; il a lui-même été stoppé et menotté par les policiers sur place.

Ambiance Frankenstein

Vu son caractère parlant, c’est l’image ci-contre présentant un matou auquel on a greffé une charmante plaque de métal sur la boîte crânienne qui a fait le tour du monde.

Mais il y a mieux, avec perfusions et conditionnements un peu brutaux impliquant la pose d’électrodes permanents, l’injection de substances chimiques dans les oreilles et pour finir décapitations pour examen approfondi du cerveau… Bref.

En même temps, personne a dit que la science c’était pour les chochottes. Et puis il a fallu passer par pas mal de désapprobations de l’Eglise et autre avant que les premiers écorchés de l’histoire des sciences puissent être réalisés par les carabins et nous éclairent sur notre propre anatomie, nos propres fonctionnements.

Après est-ce-que ça mérite de pousser le bouchon jusque-là, le débat reste ouvert. Mais enfin l’effet boule de neige émotivo-médiatique peut faire aussi peur : sachez qu’on en est déjà à 10 000 signataires d’une pétition en ligne initiée par la PETA contre la torture.

Faut c’qui faut

Ok, on parle de travaux pratiques un peu crus. Mais c’est quand même pour la bonne cause: les étudiants concernés planchent sur les phénomènes de surdité humaine et publient des avancées significatives dans le domaine. Au point que l’Institut National de la Santé américain ait financé le projet à hauteur de 2 millions d’euros depuis son lancement il y a 10 ans.

L’université se défend d’encourager le massacre industriel des félins en évoquant la nécessité d’alimenter de façon régulière et durable leurs bases de données, ce qui implique de suivre plusieurs sujets sur plusieurs années.

L’association conservatrice PETA mène de nombreuses actions notamment en faveur de l’interdiction pure et simple du commerce de fourrures animales.

Elle s’est encore tout récemment illustrée en réussissant à faire déprogrammer la très prometteuse série sur les courses hippiques Luck, diffusée sur la chaîne câblée américaine HBO, co-produite par Dustin Hoffman et Michael Mann, après la mort de 3 chevaux durant les tournages.

Certains feraient pourtant bien de comprendre un jour qu’on ne fait pas de bonne omelette sans casser des oeufs.

T.C.