fbpx
Campus
Partager sur

Monte ton entreprise avec ton statut étudiant !

Monte ton entreprise avec ton statut étudiant !

Vous êtes toujours étudiant et pourtant vous avez de l’ambition. Vous vous sentez déjà les épaules suffisamment solides pour assumer le rôle de chef d’entreprise… vous avez bien raison ! C’est le meilleur moment pour se lancer. Alors que les assises de l’entreprenariat se déroulaient début mai, monter son entreprise en tant qu’étudiant est un phénomène qui a la côte! MCE vous donne les clés du succès

20 ans, c’est l’âge auquel Benjamin Gaillochon, étudiant en deuxième année de Gestion et logistique, crée sa deuxième entreprise, une EURL spécialisée dans la vente de produits d’entretien pour voiture sur Internet. Un pari osé pour ce jeune Issoldunois qui n’en est pas à son premier essai.

À 18 ans déjà il se lance dans une activité de graphiste sous le statut d’auto-entrepreneur. Je créais des flyers et des affiches. Ça a bien marché. Mais j’ai eu envie de tenter une autre activité, plus commerciale explique ce jeune ambitieux.

L’ambition et la motivation, clé du succès entrepreneuriat

De sa première expérience, Benjamin en tire quelques centaines d’euros qu’il n’existe pas à réinvestir pour se lancer dans une nouvelle aventure. Et ce jeune étudiant n’a pas peur de l’échec, à juste titre. Même si ça ne marche pas, c’est toujours positif sur un CV . Son site d’e-commerce s’appelle l’Apostrof’auto et vend des pièces au détail pour rénover et entretenir son véhicule.

En parallèle de ces études et de son stage professionnel à la Laiterie de Varennes, Benjamin mène son activité d’une main de maître et à tout pensé seul, de A à Z. Je prépare les commandes jusqu’à 23 h et j’assure une permanence téléphonique en semaine, de 17 h à 22 h, et le samedi, jusqu’à 18 h.

Si cette activité n’est pas en lien direct avec ses études à part peut être pour la partie gestion des stocks, Benjamin ne veut de toute façon pas finir dans la logistique. J’ai tellement de projets dans la tête, je veux tenter des choses . Benjamin ajoute : si mon affaire marche, je souhaite à terme concevoir mes accessoires en sous-traitant la fabrication et les revendre sous ma propre marque .

Pour autant, monter sa boîte demande énormément de temps et de travail. Il faut être en mesure de tenir le rythme et de supporter le stress et ne pas s’attendre à gagner au loto. Les cinq premières années sont souvent synonymes de petits bénéfices. Il faut donc être très persévérant et ne pas baisser les bras aux premières difficultés.

être autodidacte pour se lancer dans l’auto entrepreneuriat

Pour l’heure, il n’y a aucune formation pour devenir entrepreneur. Résultat, en France, 200 000 à 250 000 entreprises de l’industrie, du commerce et des services ferment chaque année. Mais les établissements l’ont bien compris et comme nous vous le disions récemment à MCE TV, un programme d’entrepreneuriat suivi de la 6ème à la terminale pourrait voir le jour

Les profils d’entrepreneurs étudiants sont souvent en école de commerce ou de management. Mais des études montrent que nombre de créateurs d’entreprises sont aussi des personnes ayant seulement un bac professionnel en poche !

Attention toutefois, se lancer dans l’entrepreneuriat exige certaines compétences indispensables : Savoir rédiger un business plan, trouver des fournisseurs, trouver des investisseurs, créer une structure juridique, trouver des partenaires et surtout, trouver des premiers clients !

Pour vous constituer un solide réseau, utilisez Facebook et plus généralement la toile. (Conférence, afterwork, concours de pitch, salon des entrepreneurs…)

Si vous avez besoin de conseils, adressez-vous à l’association Agence pour la Création d’Entreprise (APCE). L’ACPE estime d’ailleurs qu’une enveloppe de 8000 € est nécessaire pour se lancer dans la création d’entreprise. Vous pouvez aussi visiter le blog de Guilhem Bertholet pour profiter de conseils avisés.

Étudiant et entrepreneur : Combinaison gagnante ?

Certes, vous êtes étudiant donc vous n’avez ni expérience professionnelle, ni réseau, ni argent, votre mémoire de fin d’études à boucler, vos stages professionnels à gérer, des cours auxquels vous devez assister…

Pourtant, la dernière année d’étude c’est le meilleur moment pour se lancer dans l’aventure. D’autant que vous pourrez utiliser votre business plan pour en faire un mémoire de fin d’études et intégrer votre boîte dans tous les cas pratiques de vos écoles à l’instar des courageux patrons/étudiants de Pixopolitan

Coralie Pierre
source : lanouvellerepublique, meltycampus, dynamique-mag.com