fbpx
Campus
Partager sur

Etudiants étrangers en France : bientôt des visas longue durée, mais des frais de scolarité en hausse

Les étudiants étrangers, une manne précieuse ? Notre pays s’apprête à faire passer une mesure à double tranchant qui les concerne, MCE-tv vous en parle

Tout le monde est d’accord là-dessus : la France aime ses étudiants étrangers. Et ils le lui rendent bien : d’après les chiffres du Figaro, l’hexagone est la 5ème destination préférée des étudiants du monde, avec pas moins de 289 000 personnes représentant 12,3 % de la population étudiante nationale !

Problème : cela a un coût étatique annuel de 2,9 milliards d’euros, à en croire Les Echos, pour un taux de réussite perfectible de 66 % en Licence et 80 % en Master. Et, pour l’heure, un étudiant étranger en séjour chez nous ne peut obtenir qu’un titre valable un an plus une rallonge possible de 6 mois pour une expérience pro sur place.

Revoir les conditions d’accès

C’est dans le courant du mois d’avril que sera examiné un texte de loi visant à revoir et optimiser les modalités de mobilité des étudiants étrangers. En attendant, le ministère de l’Intérieur pourrait bien avoir trouvé un juste compromis : il vient de communiquer un document formulant plusieurs propositions histoire de mieux appréhender le phénomène.

Même si l’ambition du gouvernement est de continuer de voir progresser les effectifs internationaux accueillis sur nos campus, il s’agit de réguler tout ça un peu mieux. Parmi les suggestions glissées par l’Intérieur, on trouve l’idée d’émettre un « titre de séjour à vocation professionnelle » plus durable mais aussi celle d’accroître la sélectivité des candidats aux études supérieures chez nous.

Tirer vers le haut

Ajoutons pour finir qu’il est question de nivellement par le haut, puisque des bourses de mérite seront l’outil principal de ce tri, d’autant que cela passe dans le même temps par un réajustement les frais de scolarité à la hausse pour les étudiants en provenance de l’étranger.

La suite au prochain épisode, c’est-à-dire après la rencontre des éminences de Beauvau, du MESR et du Quai d’Orsay dès la semaine prochaine à ce sujet.

T.C.

Source : Le Figaro