fbpx
Campus
Partager sur

Auditeur interne, un métier pointu

Auditeur interne, un métier pointu

Parmi les jobs porteurs, la profession d’auditeur interne occupe une place de choix. MCE-tv vous dévoile les perspectives de carrière qui existent en matière d’audit interne

Véritable oracle des entreprises, à la fois devin interrogeant les conjonctures économiques et osculteur de leur bonne santé financière, le rôle de l’auditeur interne est absolument fondamental à la survie de nos boîtes. L’auditeur interne est formé pour intervenir sur des types d’organismes aux statuts variés afin de les assurer de la bonne maîtrise de leurs opérations.

Selon une enquête 2012 de l’Institut Français de l’Audit et du Contrôle Interne, l’Ifaci, et Robert Half révélée par Le Parisien, ce seraient même 58 % des directions d’audit interne qui envisageaient d’embaucher cette année-là.

Une fonction-clef

Sa mission, l’évaluation des dispositifs de contrôle et donc l’analyse des risques qui pèsent sur les sociétés dans l’atteinte de leurs objectifs commerciaux dont la création de valeur ajoutée. Concrètement, l’auditeur interne épluche toutes les pratiques des services sans distinction : ressources informatiques, comptables, commerciales et j’en passe.

Cette figure-clef de la vie économique des entreprises ne se contente pas de dresser des constats : elle soumet différents leviers capables d’éviter les dispersions et la perte de vitesse économique. L’auditeur interne propose alors ce qu’on appelle des plans d’action, qui sont des recommandations et des procédures à activer pour remettre un projet entrepreneurial à flot.

Généralement, les auditeurs internes travaillent en cabinets indépendants auxquels font appel les entreprises, mais certains ont un service directement intégré au reste de la structure. Cela est répandu en particulier dans le secteur bancaire où l’on a constamment besoin de veiller au grain, d’être à l’écoute du comportement des flux de capitaux.

Comment se former en tant qu’auditeur interne ?

Selon l’enquête de l’Ifaci, plus de 85 % des auditeurs et contrôleurs internes possèdent une certification à bac + 5, même si les bac + 7 ne sont pas si rares dans le domaine. Les jeunes diplômés embauchés proviennent en majorité de la finance, suivis par les profils scientifiques qui représentent tout de même 20 % de la profession. Il faut dire que la rémunération est au rendez-vous, avec une confortable fourchette de 43 500 € à 50 800 € bruts annuels en début de carrière pour finir autour de 102 245 € après 55 ans.

L’essentiel des troupes s’est formé en écoles de commerce dont certaines sont passées spécialistes de la question comme Toulouse Business School, entre autres avec son Mastère Spécialisé Audit interne et contrôle de gestion, ou encore en Institut d’Administration des Entreprises, en fac.

T.C.

Source : étudiant aujourd’hui