fbpx
Campus
Partager sur

L’opération Phénix tire un premier bilan des recrutements de profils littéraires dans les grandes entreprises

Ce sont les plus grandes entreprises qui font désormais appel aux profils issus des lettres et des sciences humaines pour intégrer des fonctions-clefs

Si le nombre de poste total concerné n’est certes pas encore très impressionnant, on observe une crue progressive de la part de littéraires au sein des effectifs des grands groupes.

De nombreux leviers en termes de modalités d’accès ont émergé ces dernières années.

Il n’y a pas que les admissions sur titre des grandes écoles de commerce et de management qui connaissent une forte poussée des recrues littéraires – une banque d’épreuve comme Ecricome ayant connu des envolées de littéraires cette année encore, avec du + 10,5 % de progression pour ceux-là.

Des atouts recherchés

Ce sont maintenant les cabinets d’audit et de conseil, d’importantes boîtes d’assurance mais aussi les plus grandes banques qui retiennent nombre de ces profils plus analytiques et créatifs que d’autres.

L’opération Phénix, lancée en 2007, a en cela constitué un précieux baromètre de cette tendance. Cette initiative qui organise annuellement un forum, vise à favoriser l’insertion professionnelle d’étudiants en Master 2 en sciences humaines – qu’ils soient inscrits en lettres, en socio, en philo, en histoire ou encore en langues.

Des poids lourds en renfort

Depuis le lancement du programme, ce sont ainsi 160 titulaires de diplômes dans ces mentions qui ont pu intégrer un poste en CDI au titre de consultants ou encore de conseillers en audit et en clientèle, entre autres, que ce soit chez Axa, HSBC, Bred, Danone, L’Oréal, Helpline ou encore PwC, tous partenaires de Phénix.

Cette année encore, malgré une économie morose du fait du contexte, ce sont encore 7 des 10 partenaires de l’opération Phénix qui comptent embaucher ce type de titulaires.

Croisons les doigts pour que le mauvaise épisode de 2012 ne soit qu’un mauvais souvenir, puisque cette année-là n’avait permis de dégager que 14 embauches grâce à ce dispositif.

T.C.

Source : Le Figaro