fbpx
Campus
Partager sur

Logement étudiant : la solution face à la pénurie

Logement étudiant : la solution face à la pénurie
Partager sur Facebook

Selon l'enquête exclusive IFOP / Chambrealouer.com, 1,9 million de chambres seraient disponibles à la location pour le logement étudiant

A l’approche de la rentrée universitaire, Chambrealouer.com, site Internet de mise en relation de futurs locataires et propriétaires proposant des solutions de logement étudiant chez l’habitant, publie les résultats d’une enquête inédite réalisée par l’Ifop sur « Les propriétaires français et le logement chez l’habitant ». Cette dernière révèle notamment qu’un tiers des Français possède une chambre à coucher libre au sein de leur résidence principale, et qu’1,9 million de chambres sont prêtes à être mises en location. Un réel potentiel face à la crise du logement. Or malgré les incitations fiscales existantes peu motivantes, déjà 6% des propriétaires s’ouvrent à ce type d’hébergement.

Un potentiel de 1,9 millions de chambres encore trop inexploité

L’hébergement chez l’habitant reste encore une solution peu sollicitée en France pour le logement étudiant. Pour Chambrealouer.com, de nombreux propriétaires pourraient se laisser tenter par ce mode de consommation collaborative comme le laisse entrapercevoir l’augmentation du trafic de son site de l’ordre de 1 à 4 sur les 4 dernières années. Afin de confirmer la tendance mais aussi pour mieux connaître cette cible de loueurs, Chambrealouer a décidé de faire réaliser une grande étude sur « Les propriétaires français et le logement chez l’habitant ». Selon l’enquête réalisée par l’IFOP déjà 6% des propriétaires louent une ou plusieurs de leurs chambres sur un potentiel surprenant….

Interrogés par l’Ifop pour le site Chambrealouer.com, sur 55% des foyers français propriétaires de leur logement, plus d’un tiers des propriétaires Français déclarent posséder au moins une chambre libre au sein de leur résidence principale soit un potentiel global de 9,7 millions de chambres. Selon l’enquête, 22% des propriétaires n’ayant jamais loué de chambre envisagent de le faire : 1,9 million sont ainsi prêtes à être mises en location, y compris sur une moyenne (15%) ou longue durée (27%) : un potentiel non négligeable dans le contexte de crise du logement étudiant actuel.

L’étude menée par l’Ifop révèle par ailleurs que les propriétaires se déclarent prêts à accueillir, dans leurs chambres libres, principalement des jeunes, notamment des étudiants (72%) et des stagiaires (43%). Une solution avantageuse pour ces derniers qui souffrent actuellement de la pénurie de logement étudiant, avec seulement 8 chambres en résidence disponibles sur le territoire français pour 100 étudiants.

Les jeunes : candidats les plus favorables au logement étudiant chez l’habitant

Au niveau financier, la location chez l’habitant est une bonne alternative à la location d’un studio. En moyenne, un studio à Paris coute 633,60 €* (plus les frais d’agence) alors qu’une chambre chez l’habitant reviens à par exemple 470 € dans le quartier de La Fourche à Paris.

Cela permet à l’étudiant de faire des économies conséquentes mais également d’avoir un espace plus grand à sa disposition ainsi que le sentiment non négligeable d’être « comme à la maison ». Non seulement l’étudiant gagne sur le prix du loyer, mais aussi sur les frais annexes tels que les frais d’agence ou encore les charges.

En 2014, les propriétaires, louant une chambre de leur résidence principale à des locataires qui en font leur résidence principale, sont exonérés d’impôts si le plafond du loyer annuel ne dépasse pas 183 € par m² pour les locations réalisées en Ile-de France, et 134 € par m² pour les locations dans les autres régions.

Aujourd’hui, en ce qui concerne la location d’une chambre meublée chez l’habitant la durée du bail est de 9 mois minimum pour un étudiant. Quand est-il des stagiaires, des ERASMUS et des cycles d’études courts… etc qui recherchent un logement en moyenne pour 6 mois ?

« Alors que le gouvernement cherche des solutions face à la crise du logement, il semble qu’une augmentation de ces plafonds et un abaissement de la durée du bail permettrait sans nul doute aux propriétaires réticents de franchir le pas de mettre en location leurs chambres vacantes. Une législation plus flexible à la location chez l’habitant, notamment au niveau de la fiscalité, pourrait ainsi représenter une marge de manœuvre pour un secteur immobilier au bord de l’asphyxie.»
Philippe de Rouville, Président et fondateur de Chambrealouer.com

Communiqué