fbpx
Campus
Partager sur

Le compte Facebook de la cheerleader chasseuse a été supprimé

Le compte Facebook de la cheerleader chasseuse a été supprimé

Le compte Facebook de la cheerleader chasseuse a été supprimé définitivement

Le pétition des internautes aura eu gain de cause. Le compte Facebook de la jeune cheerleader chasseuse a été supprimé. MCE vous parlait récemment de cette jeune fille américaine qui créait la polémique en posant avec des lions, des léopards, des zèbres et des hippopotames morts. Jugées indécentes et sous la menace des internautes, le compte Facebook de la jeune femme n’existe plus.

Le compte Facebook de la cheerleader n’existe plus

Kendall Jones est une jeune américaine de 19 ans originaire du Texas.Cette dernière est partie faire à la chasse en Afrique, dans le but d’abattre quelques animaux. Elle a bien sûr profité pour se prendre en photos avec les victimes . Elle les a ensuite publié sur le réseau social Facebook, pour le plus grand plaisir des défenseurs des animaux. Une pétition a de suite circuler: pour le bien de tous les animaux, et en particulier ceux d’Afrique… Où des chasseurs vont juste pour le plaisir de tuer un animal ! Certaines personnes ont signalé la page Facebook de Kendall Jones mais il semblerait que Facebook ne soit pas préoccupé par ce qu’elle préconise. Cette pétition a été lancée à l’attention de Mark Zuckerberg afin qu’il supprime les photos.

Les internautes ont gagné

En une semaine à peine, la pétition à pu atteindre 40 000 signatures. D’après le site Bro Bible, les photos de chasse de Kendall sont supprimées de son compte Facebook. La cheerleader est même soutenue par d’autres étudiants aux Etats-unis. Selon elle, tous les animaux sur ces photos étaient en fin de vie et elle n’a fait qu’abréger leurs souffrances.

Le père de le jeune fille affirme également que le rhinocéros que vous avez pu voir, n’avait pas été abattu mais tout simplement tranquillisé pour être emmené auprès des vétérinaires. L’animal aurait été blessé par un lion.

D’après de nombreux internautes ces photos incitent au braconnage des espèces menacées, à la vente organisée d’animaux et traduisent des actes de maltraitance envers les animaux.