fbpx
Campus
Partager sur

Une étudiante cache 20 000 euros dans sa culotte pour les donner à un djihadiste

Une étudiante cache 20 000 euros dans sa culotte pour les donner à un djihadiste

Une étudiante anglaise de 19 ans passera devant le tribunal pour avoir cacher 20 000 euros dans sa culotte, dans le but de faire parvenir la somme en Syrie

Une jeune étudiante a caché 20 000 euros et devinez ou ? Dans sa culotte ! Pour les transporter en Syrie afin de les donner a un djihadiste.

Une étudiante cache 20 000 dans ses sous vêtements

Le procès de Nawel Msaad a commencé hier. Cette dernière est une étudiande anglaise de 27 ans, arrêtée début 2014. Son délit ? Avoir tenté de passer les frontières turques avec 20 000 euros dissimulés dans sa culotte.

Nawel Msaad avait mis les billet de 100, 200 et 500 euros dans un préservatif puis avait caché le tout dans ses sous-vêtements, dans le but de ramener l’argent en Syrie. Selon le site The Guardian, la jeune fille aurait été recrutée comme « messager de confiance » par son amie Amal Elwahabi, qui est elle-même épouse d’un djihadiste.

Mi-janvier, Nawal a été arrêtée par les autorités anglaises lors de son embarcation pour Istanbul. La police avait aussi arête quelque temps avant aAmal. Les deux femmes nient avoir un quelconque rapport avec les djihadistes syriens. Mais la police a trouvé des preuves dans l’appartement d’Amal Elwahabi lors des perquisitions.

Des preuves qui parlent d’elles-mêmes

Les conversations sur Whatsapp laissaient plané le doute. Dans ces conversations, il est question d’une grosse somme d’argent a apporté sur le sol syrien. Les autorités trouvent aussi des vidéos de propagande mettant en scène des enfants armés.

Il ont également trouvé de nombreuses photos du mari d’Amel Elwahabi, lui même djihadiste, et de ses armes qu’il a envoyées à sa femme. Les deux jeunes filles comparaissent au tribunal de l’Old Bailey, leur procès devrait durer quelques jours. Certaines femmes sont donc utilisées comme passeuses. Les deux accusées d’origine marocaine ne sont que la face officielle d’un réseau qui se sert de femmes ou de jeunes gens pour faire parvenir en toute discrétion de l’argent aux djihadistes en Syrie.

On compte pas moins de 17 jeunes suspects qui auraient déjà été interceptés dans les aéroports du Royaume-Uni alors qu’ils tentaient de rejoindre la Syrie par des pays frontaliers.